Condamnée scotche au siège du Théâtre La croisée des chemins

Condamnée
Condamnée, mise en scène de Vincent Marbeau, Théâtre La Croisée des Chemins

Condamnée scotche au siège du Théâtre La croisée des chemins

Adapté du Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo, Condamnée fait partager les pensées d’une détenue promise à une imminente peine capitale. Ses pensées les plus intimes déferlent pour un seul en scène déchirant qui interpelle chaque membre de l’audience. Si votre vie devait s’arrêter brutalement dans quelques heures, que regretteriez-vous le plus? L’anonyme condamnée pense à sa fille, à son existence chiche et à l’implacabilité d’une justice aveugle et sans pitié. La comédienne Betty Pelissou subjugue et hypnotise par son implication totale dans une composition déchirante.

Une pesanteur dramatique de chaque instant 

Engoncée dans une couverture rustre et tachée, l’héroïne est enfermée depuis presque 6 semaines dans une cellule en attendant le retour de la cassation. De basse extraction et sans appuis politiques, elle est broyée par la machine judiciaire sans que le public n’apprenne jamais les raisons d’un verdict aussi cruel. La condamnée se pose continuellement des questions comme pour donner un sens à sa vie. Sa plus grande désillusion vient de cette petite fille de 3 ans qu’elle ne reverra plus jamais. Pas de comédie dans ce soliloque qui confronte à l’âme humaine, la comédienne figure le désespoir de celle qui n’aura jamais eu de chance, de la naissance au trépas. Par delà le drame de la peine de mort, la pièce interpelle sur les raisons profondes d’une telle sentence. Pour préparer son ouvrage, Victor Hugo assista à plusieurs exécutions publiques jusqu’à s’indigner de ce que la société se permette de faire sous couvert de justice ce qu’elle reproche à l’accusé d’avoir lui-même fait. Les détails du procès exposent la rapidité de la sentence, comme si elle avait été écrite par avance. Les souffrances de la condamnée pendant 6 semaines de répit illusoire avivent son désespoir. Et quand elle illustre les bruits de la foule excitée d’assister au spectacle de la mort comme des hyènes près d’un cadavre, elle n’y tient plus. La résignation le dispute à la colère et le récit personnel se teinte de résonances sociales.

Une pièce qui débute au Théâtre La Croisée des Chemins et qui pourrait défrayer la chronique. La comédienne est époustouflante de profondeur pour un seul en scène qui glace les sangs.

Dates :  du 30 mars au 5 mai 2017

Lieu : Théâtre La Croisée des Chemins (Paris)
Metteur en scène : Vincent Marbeau
Avec : Betty Pelissou

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu de l'actrice
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here