Un Magritte philosophe révélé au Centre Pompidou

Magritte
Magritte, La Trahison des Images, Centre Pompidou

Un Magritte philosophe révélé au Centre Pompidou

René Magritte s’expose au Centre Pompidou dans un parcours riche de sens. Car loin de laisser le visiteur dans un pur rôle de spectateur contemplatif, l’exposition le prend par la main pour lui donner les nécessaires clés à la compréhension de ses oeuvres les plus emblématiques. Les fulgurances s’enchainent sans discontinuer pour un regard neuf et enrichi sur une oeuvre foisonnante.

Comprendre Magritte 

Le risque principal avec l’oeuvre de Magritte est de s’enfermer dans un premier degré stérile au risque de s’enfoncer dans une vision infantilisante et de manquer la signification véritable des oeuvres. Car le peintre belge visait surtout à la représentation du sens profond des choses en empruntant aux philosophes classiques et à la pensée universelle. D’où la signification pénétrante du nom de l’exposition, La Trahison des Images, qui renvoie à l’ambition surréaliste du peintre. L’évènement est organisé par grandes thématiques qui renvoient à la pensée classique dans un parcours éclairant. Car nul hasard dans la manière dont sont exposées les oeuvres et s’y plonger permet de mieux en comprendre les intentions du peintre et leurs significations.

Un riche panorama de son oeuvre

Une très grande partie des oeuvres majeures de Magritte est visible avec des explications les mettant en lien avec une ascendance prestigieuse. La mystérieuse signification de la phrase Ceci n’est pas une pipe, les rideaux, les corps morcelés, ces éléments mystérieux prennent du sens au regard des renvois mythologiques qui expliquent la vision du peintre. Entre les mots et les images, Magritte choisit de bousculer la hiérarchie et de fracasser les tables de la loi, à l’instar de Moïse. Les apparences sont trompeuses et ce que l’on voit n’est pas forcément la réalité. Il en est de même pour la peinture, loin de toujours exprimer la réalité nue et froide au delà d’une vision forcément subjective du peintre. Et comme e montre si bien Magritte, il en est de même pour les mots…

Un parcours passionnant

De très longues minutes sont parfois nécessaires pour pénétrer l’oeuvre de Magritte et saisir sa stupéfiante densité. Magritte bouleverse les représentations et semble constamment sur la brèche. Rapports humains, perceptions, trompe-l’oeil, le peintre observe et analyse pour exprimer dans sa peinture les paradoxes philosophiques dont il ne cesse de s’abreuver par ses lectures. Pour preuve ces titres d’oeuvres non pas nébuleux mais aux profondes significations. En tentant de s’extraire du piège de l’illusion et des représentations trompeuses, Magritte vise à la plus pure honnêteté des représentations. Nul volonté de laisser le spectateur dans l’expectative, le peintre tente surtout de l’éclairer pour lui montrer une réalité plus crue qu’il ne peut le croire.

L’exposition vient juste de s’ouvrir et il est temps de se frotter à une oeuvre extrême et se laisser à une passionnante analyse d’un peintre unique en son genre. Et s’élever, probablement. Pour voir la réalité différemment.

Dates : Du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017
Lieu : Centre Pompidou, Paris
Entrée : 14 €

GALERIE PHOTOS

Note
Richesse de l'exposition
Plaisir de la visite
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here