La succession, un héritage pas ordinaire dans une famille givrée (Editions de l’Olivier)

Jean-Paul Dubois
Jean-Paul Dubois © Opale

La succession, un héritage pas ordinaire dans une famille givrée (Editions de l’Olivier)

Ce n’est pas la première fois que le héros du livre de Jean-Paul Dubois s’appelle Paul, qui est, somme toute, la moitié de son propre prénom… Mais cette fois-ci, dans son dernier livre, La succession, Paul n’a pas d’épouse qui s’appelle Anna. Paul Katrakilis est le fils d’Adrian qui lui-même est le fils de Spyridon. Et qui sont tous ces hommes Katrakilis ? Qu’ont-ils donc tous en commun ?

L’histoire

L’histoire est tout sauf quelconque. Même si le ton est au premier abord assez banal, le scénario ne l’est absolument pas. Paul est donc le fils et le petit-fils de médecins. Pas n’importe quel médecin puisque son grand-père fut celui de Staline et a même « kidnappé » un morceau de cervelle de Staline quand il a fui l’URSS. Quant à son père, Adrian, Paul n’a que peu de relations avec lui. Enfant, Paul vivait avec ses parents mais également avec le frère de sa mère. Et sa mère et son oncle étaient inséparables. Paul ne savait plus trop qui était le couple : son père et sa mère ou son oncle et sa mère ?
Sans vous raconter toute l’histoire du roman, il y est beaucoup question de suicides, dans une forme d’indifférence familiale. On ne pleure pas, mais on sourit et voire même, on rit ! On est comme Paul, on subit les évènements qui s’enchaînent les uns à la suite des autres comme si tout cela était normal. On compte les morts… Sans sentimentalité. Mais avec gravité. Et une certaine noirceur.

La personnalité de Paul

Paul est un jeune homme sportif, passionné de cesta punta et de Pays Basque, comme sa mère. Il y a passé toutes ses vacances d’enfance. Grâce à lui, on voyage à travers tout le Pays Basque, la beauté de ces paysages et de ses nombreuses tempêtes. Mais ce que Paul aime par-dessus tout, c’est taper dans sa petite balle. Il devient tellement fort en pelote basque, tout en continuant ses études de médecine, qu’il est sélectionné pour partir à Miami et devenir joueur professionnel de cesta punta. Enfin, joueur professionnel un peu spécial… Paul ne se voit pas du tout prendre la succession de son père comme médecin, mais beaucoup mieux comme grand joueur de pelote un jour ! Et à Miami, une autre vie va s’ouvrir à lui, avec des rencontres qui vont avoir une incidence sur toute sa vie. De toute manière, il en est sûr, il ne ressemblera pas à son père.

Un message philosophique

A travers la vie de Paul, l’auteur nous entraîne dans des pensées souvent sombres, avec une notion totalement absurde de la mort qui implique un sens à donner à sa vie. Si on ne peut pas expliquer la mort volontaire de ses proches, comment peut-on l’accepter avec une espèce d’indifférence qui ne peut que choquer Paul ? Pourquoi, mais pourquoi donc ?

Alors que Paul est en pleine force de la jeunesse avec un corps d’athlète, il rencontre une femme qui pourrait être sa mère. Et cet amour est vrai. Profond. Indélébile. Et va le rendre heureux mais aussi malheureux.
Et puis, un jour, Paul découvrira son père et tout l’héritage moral qu’il lui a laissé, sans jamais en parler. La vie apparemment sans intérêt de son père prend une tout autre valeur. C’est alors qu’il ressent et découvre la vraie succession que lui a laissée son paternel.
Et au milieu de tout ça, il y a Watson que Paul a sauvé des eaux ! Son compagnon le plus fidèle. Assurément, l’auteur Jean-Paul Dubois aime les bêtes et encore plus les chiens, ami le plus fidèle de l’homme !

Bientôt un Prix ?

Jean-Paul Dubois aborde les thèmes essentiels de l’existence, avec un certain cynisme, mais dans le fond, il reste assez proche d’une réalité indéniable de la condition humaine : la mortalité.
La succession est un très beau livre qui a fait partie des seize romans sélectionnés pour le Goncourt 2016. (Pour rappel ce fut Chanson douce qui obtint le Prix Goncourt cette année).
Peut-être que Jean-Paul Dubois obtiendra un autre prix. En tout cas, Publik’Art lui décerne son coup de cœur !

RESUME DE L'EDITEUR ET INFOS

la_successionPaul Katrakilis vit à Miami depuis quelques années. Jamais il n’a connu un tel bonheur. Pourtant, il se sent toujours inadapté au monde. Même la cesta punta, ce sport dont la beauté le transporte et qu’il pratique en professionnel, ne parvient plus à chasserle poids qui pèse sur ses épaules.
Quand le consulat de France l’appelle pour lui annoncer la mort de son père, il se décide enfin à affronter le souvenir d’une famille qu’il a tenté en vain de laisser derrière lui.
Car les Katrakilis n’ont rien de banal: le grand-père, Spyridon, médecin de Staline, a fui autrefois l’URSS avec dans ses bagages une lamelle du cerveau du dictateur; le père, Adrian, médecin lui aussi, est un homme étrange, apparemment insensible; la mère, Anna, et son propre frère ont vécu comme mari et femme dans la grande maison commune. C’est toute une dynastie qui semble, d’une manière ou d’une autre, vouée passionnément à sa propre extinction.
Paul doit maintenant rentrer en France pour vider la demeure. Lorsqu’il tombe sur deux carnets noirs tenus secrètement par son père, il comprend enfin quel sens donner à son héritage.

Avec La Succession, Jean-Paul Dubois nous livre une histoire déchirante où l’évocation nostalgique du bonheur se mêle à la tristesse de la perte. On y retrouve intacts son élégance, son goût pour l’absurde et quelques-unes de ses obsessions.

Date de parution : le 18 août 2016
Auteur : Jean-Paul Dubois
Editeur : Editions de l’Olivier
Prix : 19 € (240 pages)
Acheter sur : Amazon

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here