Un tourbillon désopilant au Théâtre Hebertot avec C’est encore mieux l’après-midi

C'est encore mieux l'après-midi
C’est encore mieux l’après-midi, Théâtre Hebertot, Mise en scène de José Paul

Un tourbillon désopilant au Théâtre Hebertot avec C’est encore mieux l’après-midi

C’est encore mieux l’après-midi donne ses lettres de noblesse au théâtre de boulevard. 8 personnages occupent la scène du Théâtre Hebertot dans une farandole de chassés croisés toujours à la limite de la catastrophe. Un député volage demande à son assistant de lui organiser une après-midi avec une secrétaire. Problème: l’assistant accumule les gaffes et la femme du député manque 100 fois de découvrir le pot-aux-roses. Le rythme est endiablé et l’atmosphère désopilante. L’audience s’esclaffe continuellement devant ce bon moment de divertissement ciselé avec talent par le metteur en scène José Paul.

Un vaudeville XXL

Tout l’art du Boulevard est de chercher l’outrance sans tomber dans la ringardise. Il faut pour cela une intrigue foisonnante et des comédiens déchainés. C’est encore mieux l’après-midi cumule les deux pour un moment de farce qui actionne continuellement les zygomatiques. Rédigé par Ray Conney et adapté en français par le regretté Jean Poiret, la pièce voit les comédiens enchainer les aller-retour dans un décor mouvant qui fait principalement cohabiter deux chambres mitoyennes où les personnages se croisent et les intrigues se confondent. Le déclencheur de ce méli-mélo picaresque est l’assistant parlementaire interprété par un Sébastien Castro au four et au moulin. Assistant gaffeur, balourd et empoté, il est le détonateur de cet après-midi de folie dans un vrai rôle comique irrésistible. Pierre Cassignard interprète le député sans vergogne plus proche d’un DSK qu’un administrateur zélé de l’état. A l’heure où les critiques de multiplient contre les grands commis de l’état, sa décontraction à sauter une session parlementaire pour frayer avec une séduisante secrétaire ne manque pas de sel.

Pas de pause ni de répit

Lysiane Meis interprète l’épouse du député si proche de percer à jour les manigances de son mari volage. Bruyante et exubérante, elle caricature la femme faussement naïve mais tout aussi dévergondée que sa moitié. Ajoutez à cela Guilhem Pellegrin en directeur d’hôtel perdu, Pascale Louange en secrétaire sexy et Guillaume Clérice en mari débarqué du ski, et vous obtenez un cocktail détonnant de personnages picaresques. Le rythme ne faiblit jamais voire s’accélère jusqu’au bout pour un vrai moment de récréation désopilante. De là à penser que les différents personnages ne pensent qu’à profiter de leurs après-midis pour des moments de libertinage assumé, il n’y a qu’un pas!

Pas de scrupules à voir, le ton est à la légèreté et au divertissement. C’est encore mieux l’après-midi ne se contente pas de cacher l’amant dans le placard, elle le fait crapahuter et s’escrimer sans fin pour éviter l’humiliation des révélations.

 Dates :  à partir du 23 février
Lieu : Théâtre Hebertot (Paris)
Metteur en scène : José Paul
Avec : Pierre Cassignard, Lysiane Mei, Sébastien Castro

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here