Trois jours et une vie, le dernier roman noir de Pierre Lemaitre (Albin Michel)

Pierre Lemaitre
Pierre Lemaitre French writer Pierre Lemaitre poses on September 4, 2013 in Paris. AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

Trois jours et une vie, le dernier roman noir de Pierre Lemaitre (Albin Michel)

Pierre Lemaitre avait reçu le Prix Goncourt pour son fabuleux roman : Au revoir là-haut, en 2013. Cette fois-ci, Pierre Lemaitre nous plonge en France profonde, à Beauval. Normalement il ne se passe rien dans ce petit village, où tout le monde se connaît et s’espionne. Mais les voisins d’Antoine vont d’abord perdre leur chien, de façon terrible et brutale qui va traumatiser Antoine. Ensuite ce sera la disparition de leur fils Rémi, 6 ans, qui va consterner toute la population du village.

L’histoire :

Antoine, une douzaine d’années, est le héros de ce roman. Héros bien malgré lui. C’est un jeune garçon intelligent, très bon élève, qui vit seul avec sa mère. Son père vit en Allemagne et n’a aucun lien avec son fils… Apparemment, tout va bien pour Antoine. Il a sa bande de copains, parmi lesquels figure le fils du maire, même s’il est souvent mis un peu à l’écart.
La façon dont Pierre Lemaitre raconte les évènements est tellement simple, avec un style sans fioritures, qu’on ne peut qu’y adhérer. On se dit que ce n’est pas vrai, que le petit garçon fait un cauchemar. C’est tellement énorme que le lecteur, passif, lit à toute vitesse en se disant que ce n’est pas possible… Antoine va se réveiller et sortir de ce mauvais rêve. Dès le début du roman, l’histoire commence fort ! La tension monte, monte et ne cessera qu’à la dernière page du roman !

Suspens psychologique

Trois jours et une vie est un roman qui vous tient en haleine alors que l’on connaît le coupable dès le début ; le scénario connaît de nombreux rebondissements, soit humains, soit psychologiques, soit naturels, avec les catastrophiques inondations de la tempête de décembre 1999. Tout s’enchevêtre… Tout prend un sens… Un sens souvent absurde, comme la vie peut le devenir parfois.
Pierre Lemaitre a le don d’écrire de façon tellement vivante qu’on devient tous le petit Antoine, au fil des pages. Un garçon impulsif, violent, que la vie n’a pas épargné et qui va devenir grand… Un garçon que l’on pourrait qualifier de monstre. Mais l’est-il réellement ? Les relations humaines, amoureuses d’Antoine, devenu adulte, ajoutent une pointe de réalisme et de cynisme à cette histoire terrifiante.

Pierre Lemaitre écrit un roman noir. Cette fois-ci, on connaît le coupable et on attend sa condamnation tout au long du livre. Comme lui. Pas un instant de répit. L’âme humaine est bien complexe et l’homme pas vraiment naturellement bon… Mais la vie se charge de le corriger, voire de le condamner, une vie entière faite de remords…

RESUME DE L'EDITEUR ET INFOS

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… » P.L. Le nouveau roman de Pierre Lemaitre, Goncourt 2013. Auteur de 6 romans (Robe de mariée, Alex, Sacrifices…), tous couronnés par de nombreux prix littéraires, nationaux et internationaux, Pierre Lemaitre a obtenu en 2013 le prix Goncourt pour Au revoir là-haut, immense succès critique et public.

Date de parution : avril 2016
Auteur : Pierre Lemaitre
Editeur : Albin Michel
Prix : 19,80 € (240 pages)
Acheter sur : Amazon

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here