Wonder Woman enfonce DC Comics dans une panade créative

Wonder Woman
Wonder Woman, film de Patty Jenkins, Copyright Warner Bros. France

Wonder Woman enfonce DC Comics dans une panade créative

Tout le monde connait la série Wonder Woman, portée par la flamboyante Lynda Carter et retransmise pour la première fois en 1975. DC Comics commissionne la réalisatrice Patty Jenkins pour ressusciter le mythe sous les traits de la féline Gal Gadot. Pour un résultat catastrophique, autant ridicule que risible. En replaçant l’action dans le contexte de la Première Guerre Mondiale, Hollywood tente de réécrire l’histoire, bafouant autant les mémoires que le sens commun. Et comme ni les acteurs ni le scénario ne parviennent à s’élever au dessus de la mêlée kitsch, le film s’inscrit dans la longue lignée des séries Z qui n’auraient certainement pas amassé des centaines de millions de dollars dans les années 70. Il faut bien dire ce qui est: ce Wonder Woman fait peine à voir.

De la pire des manières de mélanger fantaisie et histoire

Comme tout le monde le sait, Wonder Woman vient d’une île secrète paradisiaque, s’appelle Diane et vit au milieu des amazones. Quand elle vient au secours d’un soldat américain pourchassé par des escadrons allemands, elle rentre direct dans le camp des troupes américaines et se met en tête de combattre le méchant Arès. Raconté comme ça, le scénario peut prêter à rire sur le papier, c’est pourtant de cette manière que le film débute. La jeune et pimpante amazone rejoint Londres sur un petit bateau en une seule nuit, laissant penser que la fameuse île n’est pas si lointaine que ça. Bref. Elle rencontre de joyeux lurons portés par David TewlisSaïd Taghmaoui et Ewen Bremner aux côtés d’un Chris Pine abonné aux rôles dans des grosses productions sans relief. Car là où la série jouait le jeu d’une mise à distance volontaire, tout sauf crédible et surtout fantasmagorique, le film se prend très (trop?) au sérieux et en fait des tonnes. L’amazone rit, sourit, pleure, ça fait chiqué, ça fait immanquablement rire. Et quand elle danse avec le général Ludendorff, il y a de quoi sourire. De là à penser que le prochain DC montrera Batman en train de faire un paintball avec Goebbels, il n’y a qu’un pas. Hollywood décide de réécrire l’histoire officielle, faisant fi des victimes et changeant les conflits sanglants en péripéties pour super héros testostéronés.

Un film pour ados sans repère

Et c’est bien le plus triste. Car si le film accumule les effets spéciaux de qualité et les scènes impressionnantes, le contexte prête surtout à rire, voire à pleurer. Wonder Woman sauve l’humanité de la colère du dieu Arès et… et quoi, au fait? Elle arrête la première guerre mondiale à elle toute seule? C’est oublié un peu rapidement le sacrifice de millions de quidams qui se sont battus sans effets spéciaux dans une boucherie géante. Gal Gadot a pour elle d’avoir été une Miss au palmarès éloquent, pas de quoi en faire une actrice.Si sa plastique peut plaire, ses talents d’actrice sont surtout discutables. Mais au mildi du magma ambiant, ce détail se fond dans la masse et n’attirera pas plus l’attention que les explosions roboratives qui jalonnent le film. Et quand le début du film voit l’héroïne découvrir la civilisation occidentale, une question pointe. La réalisatrice est-elle vraiment si féministe que ça pour plonger son héroïne dans un océan de circonspection? D’accord, ça fait rire, c’est léger, c’est surtout sans intérêt, à l’image du film.

Ce Wonder Woman est un blockbuster, un vrai, sans nuances ni second degré. Les godillots sont gros, la subtilité absente et les moins courageux pourront s’endormir à l’occasion devant un tel spectacle. Je ne sais pas si c’est vraiment le but…

SYNOPSIS ET INFOS

Wonder Woman
Wonder Woman

C’était avant qu’elle ne devienne Wonder Woman, à l’époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s’écrase sur l’île paradisiaque où elle vit, à l’abri des fracas du monde. Lorsqu’il lui raconte qu’une guerre terrible fait rage à l’autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu’elle doit enrayer la menace. En s’alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l’étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin.

Sortie : le 7 juin 2017
Durée : 2h21
Réalisateur : Patty Jenkins
Avec : Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen
Genre : Action, Aventure, Fantastique

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Réalisation
Mise en scène
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

1 commentaire

  1. Tarantino réécrivait la Seconde Guerre Mondiale dans Inglorious Basterds, en aviez-vous fait la même critique ?
    Idem pour Captain America et… pour la série Wonder Woman.

    Le film de Patty Jenkins a énormément de défauts, tant dans son savoir-faire technique que son scénario, mais votre critique pointe du doigt des éléments qui n’ont pas lieu d’être.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here