Vanessa Paradis en état de grâce dans « Maman » de Samuel Benchetrit au Théâtre Édouard VII

Vanessa Paradis en état de grâce dans "Maman" de Samuel Benchetrit au Théâtre Édouard VII
Crédit photo studio : Jean-Baptiste Mondino

Vanessa Paradis en état de grâce dans « Maman » de Samuel Benchetrit au Théâtre Édouard VII

Il y a dans l’écriture de Samuel Benchetrit également écrivain, une vision à la fois profonde et abstraite qui embrasse ses personnages avec une essence et une acuité singulières. Porté par un climat empreint d’étrangeté, d’introspection, de rupture, de temps suspendu, où les silences, les non-dits et une tension diffuse font parties intégrantes de la narration.

Jeanne (Vanessa Paradis) est une femme en mal d’enfant qu’elle a perdu il y a vingt cinq ans. Elle se retrouve un soir à attendre un taxi dans la rue et croise un jeune homme (Félix Moati) qui la prend pour une prostituée. Elle est persuadée qu’il l’a prise pour une mère et va proposer à son mari (Eric Elmosnino) de l’adopter. C’est à la fois réel et irréel comme les mots choisis et dépouillés de Benchetrit.

Le visible et l’invisible

La vie de couple de Jeanne et Bernard est depuis quelques années au ralenti. La passion a disparu et la monotonie s’est installée. Pour Jeanne, cette rencontre est comme une évidence et un nouveau départ. Le destin lui amène l’enfant qu’elle attendait depuis plus de vingt-cinq ans. Elle va enfin pouvoir devenir mère. Reste à convaincre son mari de cette adoption tout comme le fils élu où Jeanne représente à la fois la femme, la mère et la séductrice.

La parole et l’appropriation de l’espace sont au cœur du dispositif où s’impriment furtivement la solitude, la mélancolie, les incertitudes, et les espoirs de ceux qui désirent tant.

Vanessa Paradis et ses complices sont formidables. D’un insaisissable mystère et d’une fragilité solaire, elle capte la scène d’un jeu d’une grande précision aux subtiles variations où elle est d’une justesse irradiante.

Un regard rare et fébrile sur le couple et les tréfonds de l’âme.

Dates : Depuis le 14 septembre 2021 – Lieu : Théâtre Edouard VII (Paris)

NOS NOTES ...
Originalité
Scénographie
Mise en scène
Jeu des acteurs
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici