5 artistes qui sont toujours introuvables sur les principaux services de streaming

A l’heure ou l’industrie du streaming s’est emparé d’internet, il est important de comprendre pourquoi certains artistes sont encore absents des plateformes de streaming.Lorsque Spotify a tenté pour la première fois de lancer sa bibliothèque ultime de musique, une poignée d’artistes manquants avait menacé de saper l’intégrité de la collection. Ces artistes comprenant les Beatles, Pink Floyd, Led Zeppelin et AC/DC. Une décennie et plusieurs services rivaux plus tard, ces groupes sont tombés comme des dominos sous la suprématie de l’ère du streaming. Ceci étant dit, certains artistes continuent de résister. Voici 5 des plus grands noms encore manquant sur les plateformes de streaming.

Aaliyah

Si votre album préféré d’Aaliyah est son premier album, “Age Ain’t Nothing But a Number”, tout va bien, car celui-ci est disponible sur la plupart des services de streaming. Mais si vous préférez sa période post R.Kelly, comme la plupart de ses fans, vous n’avez pas de chance, car son album de 1996, One in a Million, et son troisième album éponyme de 2001 sont indisponibles et ce à cause de problèmes de distribution du label Blackground Records .

De La Soul

Paperwork a empêché le légendaire trio de rap d’accéder aux services de streaming notamment avec ses albums classiques tels que 3 Feet High and Rising de 1989 et De La Soul Is Dead de 1991. Des problèmes de clauses de contrat sont la cause de l’absence de ces albums. Heureusement les derniers albums du groupe sont accessibles sur la plupart des services de streaming.

King Crimson

Les chansons les plus célèbres de King Crimson sont inexistantes sur les services de streaming. Vous ne pouvez même pas trouver une version live ou une bande originale du célèbre documentaire sur Spotify ou Apple. Le légendaire guitariste et leader de King Crimson, Robert Fripp, critique depuis longtemps le numérique et le streaming. Il a fait le calcul financier lorsque quelques unes de ses chansons ont été brièvement publiées sur Spotify, et s’est posé la question dans un article posté sur internet en 2009 : “Est-ce sérieusement censé être l’avenir de l’industrie de la musique ?! “

The KLF

Les anarchistes notoires du top 40 qui ont littéralement écrit un livre sur l’industrie de la musique sont peut-être les absents les moins surprenants de l’ère du streaming. En effet, ils ont publiquement supprimé leur catalogue près d’un quart de siècle auparavant. Étrangement, le catalogue du groupe,  y compris leur album LP Chill Out est brièvement apparu sur les services de streaming au début de 2013, mais a été retiré à peine un jour plus tard.

Tool

Le groupe de metal alternatif des années 90 et 2000 est devenu disque de platine avec chacun de leurs quatre albums studio, mais si vous voulez les entendre, vous devez toujours vous procurer des copies physiques de ces albums. En effet  le groupe a toujours résisté à la distribution numérique et sont complétement  indisponibles sur les services de streaming. Il semble aux premiers abords  qu’une chanson du groupe soit disponible sur Spotify, mais ne vous laissez pas berner par le titre : “Anti-Nuclear Bacteria”. C’est en fait un morceau de deep-house d’un DJ japonais appelé TooL.

Invité
Cet article a été rédigé par l'un de nos nombreux contributeurs invités. Vous pouvez vous aussi participer à l'aventure et figurer parmi nos invités en demandant à être publié. Pour cela contactez-nous en cliquant en bas à droite de cette page.

1 commentaire

  1. Je ne connais la situation que d’un seul groupe, King Crimson, mais j’y vois déjà deux grosses erreurs.
    La première est la présence du groupe dans cetre liste puisqu’on trouve des albums de King Crimson sur les plateformes de streaming de qualité (Qobuz, par exemple) depuis quelques temps déjà, et sur Spotify et Apple Music depuis ce lundi 10 juin.
    La 2e concerne la position de Robert Fripp Il n’a rien contre le numérique puisque l’intégralité du catalogue de King Crimson a été publié en CD audio dès la fin des années 80, et remixé et réédité 3 fois depuis (le CD audio, c’est du numérique…). Quant à la dématérialisation, son label, DGM, a proposé un live en téléchargement dès 1999. On trouve aujourd’hui plus de 100 albums en téléchargement sur leur site.
    Ce que RF critique, ce n’est donc pas la dématérialisation, c’est le modèle économique d’Apple Music ou de Spotify, car il vole les artistes.
    Il aurait été judicieux de rappeler qu’Apple a illégalement mis en ligne le catalogue d’albums studios dans les années 2000…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here