Accueil Spectacles/Théâtre

Spectacles/Théâtre

Les meilleurs spectacles ou pièces de théâtre que nous avons vus à Paris et ailleurs.

Un Don Carlo et son double pour la Première à l’Opéra Bastille

Le livret de Don Carlos de Verdi dans sa version originale en français, tiré d’une pièce du poète et dramaturge Allemand Friedrich von Schiller, avait créé l’évènement lors de sa présentation il y a deux ans. Dramaturgiquement complexe, l’opéra fait cohabiter des scènes intimistes et des tableaux historiques, religieux, où se déploient des personnages aux prises avec leur vérité intime et la raison d’état. Cette production signée Krzyrztof Warlikowski fait aujourd’hui son retour à Bastille mais cette fois dans la version italienne dite de Modène et donc sans “s”.

Bob Wilson : le showman de la jungle

Après Peter Pan, l’enfant qui ne voulait pas grandir, c’est le sort du petit d’homme Mowgli imaginé par Rudyard Kipling qui prend corps sur scène dans le temps, l’espace et le vocabulaire si singuliers qui font aujourd’hui la signature Wilson.

La chanteuse L (Raphaële Lannadère) sur les pas de Barbara : une réussite

Ni biopic, ni best of donc, mais un jeu de piste singulier et poétique entre le personnage de la chanteuse de L et celui de Barbara. Et c’est là toute la force et la singularité du spectacle, où s’esquisse, l’une, l’autre, l’une avec l’autre : une figure d'artiste investie, sensible, passionnée et engagée.

Béatrice Dalle et JoeyStarr : un duo hors-norme

Apres Lucrèce Borgia en 2015 et Peer Gynt en 2018, David Bobée, directeur du CDN de Normandie, adapte et met en scène Elephant Man, la pièce de Bernard Pomerance créée en 1977, avec dans les rôles principaux : JoeyStarr et Béatrice Dalle. Un duo hors-norme dont la présence brute, animale de JoeyStarr et le magnétisme charnel de Béatrice Dalle, ne suffisent pas à compenser une mise en scène en manque d'incarnation.

Lorraine de Sagazan s’empare de “Platonov” dans une version actualisée et fait vibrer le...

Anton Tchekhov a 18 ans quand il écrit Platonov. Pourtant, cette pièce de jeunesse est une œuvre majeure : elle contient, en puissance, tout le théâtre du dramaturge russe du XIXème siècle profondément ancré dans une crise existentialiste face à un monde finissant. Si le paradis de Tchekhov est déjà perdu, la quête d’un destin plus grand que soi en l’absence de père et donc de repères, est au cœur de cette adaptation libre et réussie de Platonov par Lorraine de Sagazan.

Fanny Ardant / Marguerite Duras : la liberté par dessus tout

"Il y a une grande inimitié entre la vie et la grande création" disait Marguerite Duras. Et qui mieux que la parole pour se laisser aller, se laisser dire, nous dire justement, là, tout Duras suspendue toute entière à la passion, au désir, libre envers et contre tous.

Anna Mouglalis et Xavier Legrand dans un duel au sommet, sont de retour à...

Anna Mouglalis et Xavier Legrand dans un duel au sommet, sont de retour à Paris Après un succès public et critique, Anna Mouglalis et Xavier...

Le Misanthrope sobre et aiguisé d’Alain Françon

La vanité, le jeu des influences, les faux-semblants, mais aussi la perfidie des courtisans sont au cœur de cette pièce de Molière et de la proposition d’Alain Françon.

Les Carnets d’Albert Camus au Lucernaire, un grand moment de vérité

Les Carnets dAlbert Camus Le Lucernaire laisse le champ libre à l'auteur de La Peste et L'étranger avec...

“Une Traviata” en état de grâce et hyper-connectée à Garnier, signée Simon Stone

Une Traviata à l'aune des réseaux sociaux, magnifiquement portée par la soprano sud-africaine Pretty Yende et le ténor Benjamin Bernheim, tel est le pari audacieux mais réussi de Simon Stone.

Madame Butterfly ou l’univers poétique en majesté de Bob Wilson

Madame Butterfly est de retour à Paris et cette production de Bob Wilson demeure unique tant son univers hypnotique fait naître un nouveau rapport au plateau, décomposant le temps et l’espace jusqu’à tendre à l’intemporalité.

Isabelle Adjani dans “Opening Night” : l’insaisissable mystère d’une actrice fascinante, sur les planches...

A l’abri d’images, de répétition, de jeux de pouvoir, de manques, de fracas, on y voit une actrice en crise après avoir assisté à la mort d’une admiratrice. Hantée par le fantôme de cette jeune femme comme elle le serait de sa propre jeunesse perdue, elle perd pied et boit, ne parvenant plus à se connecter à son rôle, celui d’une comédienne en manque d’amour.

“L’École des femmes” sous le regard enlevé de Stéphane Braunschweig, disponible librement en streaming

Dans cette farce cauchemardesque, si Molière fustige cette folie utopique qui trouve appui sur le pire obscurantisme religieux, les “Maximes du mariage” d’Arnolphe, il ne caricature pas pour autant son héros dont il donne aussi à voir les tourments douloureux qui habitent cet homme redoutant plus que tout la vieillesse qui se profile

Un Bourgeois Gentilhomme follement drôle au Lucernaire, pour tous les âges!

Molière a beau avoir écrit Le Bourgeois Gentilhomme en 1670, la pièce n'a pas pris une ride...

Un éblouissant duo de comédiens dans Casanova, le pardon au Lucernaire

Affiche de la pièce "Casanova - Le Pardon" Casanova est un personnage devenu mythique. Aventurier insatiable, séducteur invétéré,...

“Festen” orchestré d’une main de maître entre théâtre et cinéma par Cyril Teste, de...

“Festen”, le film culte de cette nouvelle vague danoise, sert aujourd’hui de point de départ à la pièce de Cyril Teste qui convoque théâtre et cinéma, dans un geste aussi sophistiqué que maîtrisé.

“Ca ira (1) Fin de Louis” ou le souffle révolutionnaire transcendé : derniers rounds

“Ca ira (1) Fin de Louis” ou le souffle révolutionnaire transcendé : derniers rounds Après son succès public et critique, la pièce de l’auteur-metteur en...

Extra ! le récital déjanté de Cinq de cœur dans Oh la belle vie

Entre music-hall et théâtre, cinq chanteurs classiques soit deux sopranos, une alto, un ténor et un baryton jouent de leurs voix pour construire a cappella un show aussi surprenant que déjanté. A la manière des Frères Jacques, ils réinvente ce genre scénique mêlant comédie, humour et chant où le plateau devient leur terrain de jeux favori à partir de situations de la vie quotidienne qu’ils habillent de standards musicaux revisités et de sketchs abracadabrantesques !

Le ballet électro-pop de Wayne McGregor électrise l’Opéra Bastille

McGregor revient à Paris avec ce ballet qui convoque le compositeur électro-pop Jamie xx et le plasticien Olafur Eliasson (décor et lumières) pour une création à la fois visuelle, musicale et chorégraphique d’une puissance rare

Un “Don Giovanni” prédateur et cruel, sous le regard clinique d’Ivo van Hove

Dans cette vision tragique de l’œuvre, le rapport à l’autre donne alors toutes les armes à Don Giovanni pour s’affranchir de tous les interdits et manipuler, corps et âmes, des proies sous sa domination et dont la volonté de destruction gangrène l’ordre social.
Fanny Ardant : un diamant brut dans Hiroshima mon amour

Fanny Ardant : un diamant brut dans “Hiroshima mon amour”

L’œuvre de Duras est traversée par une nécessité de se raconter et de se dissimuler. Elle est à la fois inspirée par la sublimation et le témoignage d’une mémoire sélective, filtrée, remodelée par l’érosion du temps. Dans son théâtre, autant que dans ses romans, l’écrivain ne cesse de retravailler les événements qui l’ont marqué et d’en réinventer les traumatismes.

Répétitions : dans l’intimité d’une pièce de Michalik

Répétitions est un documentaire signé Lucie Créchet. Pendant des mois, elle a suivi la troupe d'Alexis Michalik...
Bob Wilson et Isabelle Huppert : un duo en magesté

Bob Wilson et Isabelle Huppert : un duo en majesté

Bob Wilson et Isabelle Huppert : un duo en majesté Bob Wilson retrouve Isabelle Huppert dans la figure historique de Mary Stuart, la reine d’Écosse...
"Electre/Oreste" sous le regard endiablé d'Ivo van Hove

“Electre / Oreste” sous le regard endiablé d’Ivo van Hove, au cinéma

Ivo van Hove est de retour au Français avec Electre / Oreste, d’après Euripide. Il compile les deux texte en une pièce où s’explore le processus de radicalisation des protagonistes, animés par une rage et une férocité extrêmes, dont la mise en scène se saisit avec une intensité rare et un geste puissant, du destin des héros aveuglés, intransigeants et torturés.
Bigre ou le trio gagnant

“Bigre” : le trio gagnant et barré de retour à Paris

Un spectacle hilarant à la drôlerie percutante et mordante, qui porte aussi une profonde humanité, une vraie tendresse pour ses personnages et leurs histoires impossibles.

A LIRE