A ma place, Jeanne Dressen

Une jeune militante s’implique dans un mouvement citoyen qui vise à remettre la jeunesse au cœur de l’action publique. La caméra de la réalisatrice Jeanne Dressen la suit du soir au matin, sur la Place de la République, dans sa chambre, dans sa voiture, pour montrer ce qu’il en coute comme volonté et pugnacité de vivre une existence de militante.

Une militante de gauche dans l’action

A ma place ne cache pas son positionnement à gauche, une place qui parait aujourd’hui forcément extrême ou galvaudée, sans entre-deux. La disparition à petits feux du parti socialiste pose la question de la crédibilité de la gauche sur l’échiquier politique pour représenter tous ceux qui se réclament de gauche sans verser dans la simplification. Etre de gauche se vit, c’est ce que démontre bien la jeune Savannah, étudiante en fac de sociologie, aspirante à l’ENS et présente sur tous les fronts, Place de la République ou sur des emplacements moins visibles mais toujours au plus près des autres militants. La Réalisatrice / Journaliste Reporter d’Images Jeanne Dressen ne cache de ses sympathies pour le Parti Socialiste motivant sa volonté de filme de près le mouvement Nuit Debout contre la Loi Travail qui a tenu en haleine l’opinion publique en 2016. Entre slogans criés à tue-tête et action policière, elle fait voir l’envers du décor et la réalité du combat quotidien. Le bruit des déflagrations des grenades et les images de manifestants le visage en sang font froid dans le dos et il est impossible de ne pas prendre parti pour cette jeunesse qui veut se faire entendre et se prend en réaction des grenades sur les fesses. Les pensées de la jeune militante emplissent le film avec des réflexions tour à tour désabusées et revendicatrices. Et quand le temps passe et que le moment est venu de penser à son avenir, entre vie professionnelle et maternité toute proche, c’est comme un clap de fin pour des aspirations de changement qui requièrent une implication totale. Comme s’il fallait être être jeune et libre de toutes attaches pour militer, ce qui n’est pas faux, au final.

Le documentaire se vit comme une plongée dans une jeunesse revendicatrice qui peine à se faire entendre face au tumulte d’une répression qui ne dit pas son nom. A méditer. Visible le 9 septembre en salles.

Synopsis:

Savannah cherche sa place. Actrice d’une révolution qui n’a pas eu lieu, elle est une fille de la classe ouvrière et réinvente la politique. De Nuit Debout à l’Ecole Normale Supérieure, Savannah doute, rêve, lutte et apprend. Elle se cherche un avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici