Une adaptation moderne et dynamique du marchand de Venise au Lucernaire

Le marchand de Venise
Le marchand de Venise, mise en scène de Ned Grujic, Le Lucernaire

Une adaptation moderne et dynamique du marchand de Venise au Lucernaire

Les théâtres parisiens ont pris la bonne habitude de dépoussiérer Shakespeare depuis plusieurs années et le Lucernaire en est la parfaite illustration avec sa mise en scène enlevée de la comédie Le marchand de Venise. 3 comédiens et une comédienne multiplient les incarnations dans une intrigue où les questions d’argent mettent perfidement à mal les sentiments naissants et avivent les tensions entre marchands. Le ton à la limite du burlesque entraine le public dans une folle sarabande de rivalités et de coups de théâtre qui montrent bien la surprenante actualité d’une histoire pourtant écrite à la toute fin du XVIe siècle.

Coups du sort et coups de théâtre

Quand Bassanio s’ouvre à son ami marchand Antonio de ses difficultés de trésorerie compliquant d’autant sa quête de la belle Portia, ce dernier n’hésite pas à lui avancer 3000 ducats qu’il emprunte à son ennemi mortel, l’usurier Shylock. Le contrat que tous deux rédigent stipule qu’en cas de retard de remboursement, Antonio devra laisser Shylock extraire de son corps une livre de chair qu’il aura à charge de prélever lui-même. Cette perspective barbare illustre la profonde inimitié qui sépare les deux hommes. Antonio a humilié plusieurs fois Shylock dans le passé et son optimisme le pousse à ne pas se méfier de possibles coups du sort qui empêcheraient l’acquittement de sa dette en temps et en heure. Cette introduction légèrement sanguinaire sert de point de départ à une pièce si dynamique que ses 1h15 passent aussi rapidement qu’un coup de vent. Le décor composé de ponts miniatures et de bacs remplis d’eau figure Venise la ville maritime, terrain de jeu de la passion amoureuse et des rivalités mortelles. La sérénissime est au XVIe siècle une puissance navale qui rayonne sur le monde et s’enrichit de l’apport de populations venues de toute l’Europe et même d’au-delà. Les marchands chrétiens ont pignon sur rue mais la religion leur interdit formellement et strictement la pratique de l’usure, confiée principalement à la minorité juive qui peuple la cité. L’incidence de cet impératif religieux a pour effet pervers d’affubler les juifs d’une mauvaise réputation liée à leur activité financière lucrative.

Une pièce toujours ambiguë

Les comédiens semblent prendre un malin plaisir à incarner des personnages qui portent en eux les traits les plus caricaturaux de la nature humaine. Les assiduités de Bassanio pour conquérir sa promise revêtent une vertu des plus sincères, comme la rivalité entre Shylock et Antonio semble révéler ce que l’homme cupide et scélérat peut manigancer de pire pour faire payer grassement et cruellement son ennemi à la première occasion. La pièce est depuis toujours considérée comme l’une des pièces à problème de Shakespeare car s’il met l’un de ses discours les plus éloquents dans la bouche de Shylock (Si vous nous chatouillez, ne rions-nous pas ? Si vous nous empoisonnez, ne mourrons-nous pas ? Et si vous nous bafouez, ne nous vengerons-nous pas ?), son portrait continue de susciter la controverse avec des interprétations très diverses, certains y voyant un bouc émissaire prétexte à des propos antisémites, d’autres le porte-parole éloquent d’une communauté qui revendique un traitement équitable et humain. Ces deux aspects sont abordés avec délicatesse par des comédiens qui utilisent un humour bienveillant dans leurs dialogues et leurs attitudes pour laisser de côté les querelles stériles.

Le marchand de Venise lance la saison 2018 au Lucernaire avec une atmosphère résolument théâtrale et picaresque. L’inventivité des comédiens pour manier le verbe et multiplier les personnages  donne un rythme qui ravit l’audience et justifie la réputation d’excellence du théâtre.

Dates :  du 24 janvier au 1er avril, du mardi au samedi à 20h, dimanche à 17h
Lieu : Le Lucernaire (Paris)
Metteur en scène : Ned Grujic
Avec : Thomas Marceul ou Cédric Revollon, Julia Picquet ou Léa Dubreucq, Rémy Rutovic, Antoine Théry

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

1 commentaire

  1. Plus simplement en 2018, antisémite.
    Détail ?
    “Spectacle soutenu à la création par les Conseils Départementaux d’Eure-et-Loir (28), du Pas-de-Calais (62) et des Hauts-de-Seine (92),”
    Direction ?
    ” pour une tournée aux Philippines.”
    Des questions ?
    Pour les transparents névrosés :
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/l-antisemitisme-44-le-marchand-de-venise-de

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here