Adoration, film de Fabrice Du Welz, The Jokers

Un jeune homme plus sensible que la moyenne rencontre une jeune fille soignée dans une clinique pour des troubles psychologiques dont il ignore longtemps la portée. Les liens qui les unissent immédiatement vont se renforcer à la faveur d’une fugue d’abord salvatrice mais de plus en plus lourde de sens. Adoration est un film très contemplatif avec une énorme dimension poétique, ce qui ne l’empêche pas de souffrir de quelques longueurs inexplicables et d’une portée quelque peu réduite. Il reste un bon moment de cinéma avec des enfants qui ne veulent pas grandir au risque de se perdre.

Un film authentique et insaisissable

Comment réagir face aux sautes d’humeur inexplicables de son adorée? C’est le challenge que doit relever le jeune Paul. Fils d’une employée de clinique psychiatrique, élevé sans un père absent, il s’enthousiasme des beautés de la nature et ne peut reste insensible aux charmes troublants de Gloria. Lorsqu’elle appelle au secours, il ne peut résister à ses élans libertaires en lien avec ses propres aspirations. L’errance commence, avec ses soubresauts et sa lente prise de conscience. Car la différence de Gloria la rend dangereuse pour elle et pour les autres. La fugue amoureuse reste pourtant quelque peu clouée au sol avec un Paul velléitaire et sans réactions face aux évènements. Il ne sait pas et hésite, un peu trop pour emporter l’adhésion des spectateurs. Le réalisateur Fabrice du Welz évoque l’innocence désincarnée de l’adolescence aveugle devant les affres de la réalité. La cavale amoureuse est rythmée par des péripéties qui donnent une idée de l’ampleur de ce que Gloria doit vivre au fond d’elle même dans un mélange de schizophrénie et de troubles obsessionnels. La fin ouverte s’appuie sur un lyrisme visuel qui laisse l’esprit s’échapper dans une rêverie troublante. L’actrice Fantine Harduin joue sur un registre ambigu et Thomas Gioria se révèle un jeune acteur à suivre. Lui qui était apparu en 2018 dans le film de Xavier Legrand Jusqu’à La Garde confirme tout le bien qu’on pouvait penser de lui. Quant à Benoit Poelvoorde, il traverse le film comme une ombre sans jamais imprégner son rôle d’une vraie consistance.

Adoration est un petit film mystérieux et équivoque, un bon moment de cinéma même s’il perd un peu le spectateur en route à certains moments.

Synopsis:

Paul, un jeune garçon solitaire, rencontre Gloria, la nouvelle patiente de la clinique psychiatrique où travaille sa mère. Tombé amoureux fou de cette adolescente trouble et solaire, Paul va s’enfuir avec elle, loin du monde des adultes…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici