Ancien Malade des Hôpitaux de Paris : un feu d’artifice comique au Théâtre de l’Atelier

Ancien Malade des Hôpitaux de Paris : un feu d'artifice comique au Théâtre de l'AtelierAncien Malade des Hôpitaux de Paris : un feu d’artifice comique au Théâtre de l’Atelier

Ancien Malade des Hôpitaux de Paris est un One Man Show énergisant mené par un Olivier Saladin chaud bouillant. Porté par le texte haut en couleur de Daniel Pennac, il rivalise de mimiques truculentes et d’anecdotes incongrues pour transporter le public vers des sommets de burlesque. La mise en scène minimaliste met en valeur un comédien en état de grâce. Son récit d’une nuit de folie dans un hôpital parisien sert de prétexte à une fine étude de caractères dans un déluge délirant de termes médicaux.

Dates :  A partir du 23 février 2016
Lieu : au Théâtre de l’Atelier (Paris)
Metteur en scène : Benjamin Guillard
Avec : Olivier Saladin

Un quidam apparait sur la scène. Dynamique et volubile, il semble s’adresser à un patient et prend le public à témoin. Emporté par une irrépressible volubilité, il s’emballe et insiste pour conter une anecdote personnelle cruciale pour sa vocation médicale. 30 ans auparavant, il était un interne frais émoulu en poste aux Urgences. Surchargé par une avalanche de petits bobos défilant dans son service, le rythme de parole d’Olivier Saladin atteint des sommets de virtuosité. Termes médicaux savants, comptes rendus d’examens, interventions d’illustres collègues neurologues ou cardiologues, rien n’est épargné à une audience grisée par le dynamisme compulsif du narrateur. Il mêle commentaires personnels, souvenirs de discussions avec ses éminents collègues et répliques vécues. L’anecdote mérite de rester secrète pour préserver les coups de théâtre…

[Une] débauche de cascades et de monologues.

La pièce retrace les moeurs particulières d’un hôpital un soir de stress maximum. Les egos surdimensionnés rivalisent avec les diagnostics contradictoires. Les répliques fusent à toute allure, toutes enchainées par un Olivier Saladin au mour et au foulin. Le rythme trépidant est cadencé par un subtil jeu d’éclairages avivant les applaudissements. L’état de forme du comédien est maximal et aucune baisse de régime ne ralentit la débauche de cascades et de monologues. Le texte de Daniel Pennac est d’un lyrisme médical total, le jargon est respecté à la lettre et la dérision ne tourne jamais à l’ironie. Les médecins sont les acteurs de ce petit monde où vie et mort sont des notions très relatives… L’ajout d’un téléphone comme accessoire pittoresque, Olivier Saladin fait les questions et les réponses, les rires son extatiques dans l’assistance.

1h15 de spectacle, c’est beaucoup pour un comédien qui ne se ménage pas et enchaine les situations impayables, et trop peu pour un public qui en redemande quand sonne le gong. Le succès est bruyant et mérité, le sourire du comédien ne trompe pas, l’audience le célèbre longuement pour ce prodigieux numéro d’équilibriste sur le fil et sans filets.

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here