Interdit aux USA, censuré au UK, inédit en France, Babylon est décrit comme la version reggae de La Haine. Réalisé en 1980, le film explore les bas-fonds londoniens avec sa bande d’anti-héros qui essayent de subsister en faisant de la musique dans leur coin. Ils tâtonnent sur fond de grands ensembles architecturaux avec un focus immersif sur le milieu reggae. La haine raciale est bien présente avec ces injures lancées à la cantonade comme autant d’avertissements sur la peur de l’autre dans le quartier autrefois cockney de Brixton. Le film sort en salles le 14 octobre pour la première fois en France pour un retour en arrière détonnant.

Un film musical et social

Le chanteur du groupe AswadBrinsley Forde, interprète le jeune rasta Blue perdu dans une société anglaise qui le rejette et où il peine à trouver sa place. Le film rappelle la difficulté à assimiler la vague d’immigration jamaïcaine depuis la décolonisation de l’île en 1962. Le chômage, les face à face avec des policiers racistes, des voisins et patrons xénophobes, les vexations sont continues pour une communauté sans beaucoup de ressources. Blue évacue son sentiment d’oppression permanente avec son micro et son Sound System artisanal fait de bric et de broc. Il a le secret espoir de devenir la découverte la plus courue de la capitale avec son flow et son talent. Le film le met en concurrence avec le redouté Jah Shaka, roi incontesté de cette scène. Martin Stellman (Quadrophenia, 1979) est au scénario d’un Babylon imaginé comme un conte moderne où un petit mécano mélomane tente de s’en sortir et de trouver son chemin vers la gloire. En 1980, le film a fait l’effet d’une bombe avec son ton entre la fiction sociale et le documentaire pour un témoignage unique sur la scène des Sound-Systems Reggae Dub. Franco Rosso est un producteur et réalisateur d’origine italienne, basé en Angleterre, et il s’est beaucoup intéressé dans son cinéma aux groupes minoritaires, plus particulièrement la culture britannique noire. Thatcher est au pouvoir depuis la fin des années 70 et les quartiers pauvres bruissent des coupes franches menées dans l’économie avec son cortège de laissers pour compte. Les quartiers pauvres du sud de Londres comme Lewisham et Brixton ont été en première ligne avec comme conséquence un racisme latent et des rixes continuelles entre communautés. Méconnu en France, Babylon raconte les aventures d’une bande de jeunes afro-caribéens londoniens passionnés de Reggae. Leur couleur de peau les stigmatise et les empêche d’accéder à certains jobs pour assurer leur subsistance. Rejetés dans une Angleterre en crise, raciste et violente, ils se concentrent sur leur musique pour se peindre des rêves.

Film culte et controversé, interdit en Angleterre et aux Etats-Unis depuis 39 ans car jugé comme incitant à la haine raciale, Babylon de Franco Rosso est longtemps resté inédit au cinéma en France, c’est donc le moment d’aller le découvrir en salles dès le 14 octobre 2020 grâce à un travail de restauration réalisé par Les Films du Camélia.

Synopsis: Campé par le chanteur du groupe Aswad Brinsley Forde, le jeune rasta Blue est perdu dans une société anglaise qui ne le comprend pas, pas plus qu’elle n’a réussi à assimiler sa vague d’immigration jamaïcaine depuis la décolonisation de l’île, en 1962. Chômage, policiers racistes, voisins et patrons xénophobes. Une oppression permanente que Blue évacue au micro de son sound-system, une gigantesque sono faite maison, avec le rêve secret de devenir le “sound” le plus couru de Londres. Mais sur sa route se dresse un obstacle de taille : le King de cette scène, le redouté Jah Shaka (dans son propre rôle)…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici