Bad Luck Banging or loony porn, un étourdissant Ours d’Or du dernier festival de Berlin

Bad Luck Banging est un film unique. Il débute par une scène de sexe des plus explicites, expliquant son interdiction aux moins de 16 ans. Un couple se livre à des ébats sans œillères, tout est dit, tout est montré. Ils se filment, ce sont des adultes, consentants, ils font bien ce qu’ils veulent. Sauf que cette vidéo finit sur internet et que la question de la vie privée se pose, surtout que la dame est prof. Le film va bien au-delà de cette simple péripétie, interrogeant notre rapport à l’obscénité dans son ensemble, évoquant la richesse, la pauvreté, la mort, la maladie, la guerre, dans un film concept étourdissant de maestria, sans hypocrisie, en full frontal. C’est audacieux et barré, un vrai plaisir de cinéma intelligent.

Un film concept dans limites

Bad Luck Banging or Loony Porn est issu de l’esprit du réalisateur Radu Jude. Après des discussions avec des amis, il a évoqué des démissions forcées de professeurs en Roumanie pour cause de divulgations de contenus privés ayant trait notamment au texte. Jusqu’à se poser la question: où commence l’obscénité dans une société constamment bombardée de contenus pornographiques au sens large (sexe, guerre, mort, maladie). Il prend pour exemple une professeure apprécié des élèves et de leurs parents mise sur la sellette du jour au lendemain pour cause d’ordinateur piraté lors d’une réparation. Pas de volonté de sa part de publier au grand jour la vidéo privée, oui mais la vidéo est tout de même visible par tous. Où commence la faute morale, et peut-elle être renvoyée? Le film interroge en coupant le récit de vidéos assez trash pour montrer la réalité de notre monde, sans pitié, avec du sang, des cris, des ébats non censurés. En cela le film est parfois un peu limite à suivre, mais la réalisateur va au bout de son concept, d’où l’interdiction aux moins de 16 ans avec avertissement sur le sol français, comme d’autres films avant lui comme Pleasure, The Raid 2, Funny Games, Hostel, Irréversible, J’ai rencontré le Diable, Martyrs, Saw 4, Schizophrenia, Frontière(s) et Wolf Creek. Le film a bon gout de montrer des personnages obligés de porte un masque comme cela est le cas chez nous pour contenir la pandémie de Covid. Le premier confinement s’est terminé en Roumanie à la fin du mois de mai 2020, et Radu Jude devait tourner le film en octobre-novembre. Avec la deuxième vague qui arrivait au début du mois de juillet, le cinéaste a décidé de tourner plus tôt, ancrant d’autant plus le film dans le réel. Et le résultat dépasse le simple cadre de cinéma pour une vraie réflexion sur la société moderne actuelle. Le réalisateur avait reçu l’Ours d’argent du meilleur réalisateur pour Aferim! en 2015, un vrai habitué de la Berlinale. Et le film est une vraie surprise. La scène initiale est-elle plus ou moins obscène que d’autres scènes du film qui deviennent anodines dans notre société moderne. Large sujet.

Bad Luck Banging or Loony Porn est certainement un des films principaux de cette année 2021, loin du divertissement, intelligent, inconfortable, passionnant. Un vrai film de cinéma intellectuel au plus près du réel, sans faux-semblants, que demander de plus.

Synopsis: Emi, une enseignante, voit sa carrière et sa réputation menacées après la diffusion sur Internet d’une sextape tournée avec son mari. Forcée de rencontrer les parents d’élèves qui exigent son renvoi, Emi refuse de céder à leur pression, et questionne alors la place de l’obscénité dans nos sociétés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici