Brooklyn Secret, film d’Isabel Sandoval

La réalisatrice philippine Isabel Sandoval a écrit, interprété et réalisé Brooklyn Secret en imaginant une histoire d’amour émouvante qui bouscule les idées reçues et transcende les clichés. Après sa présentation au Festival de Venise, le film a fait un petit buzz grâce à sa sensibilité à l’opposée d’un quelconque sensationnalisme car la réalisatrice préfère la douceur d’une rencontre pour évoquer sa transsexualité. La féminité du personnage Olivia a tout de l’évidence, sans effets superficiels ni raccourcis spectaculaires. Entre réflexion sur la peur de l’autre au cœur d’une Amérique trumpiste anxiogène qui arrête les immigrés clandestins à la pelle, le film privilégie le fil des jours qui passent pour une belle histoire d’amour apaisée.

Une odyssée toute en sensibilité

Brooklyn Secret est le troisième film de la réalisatrice Isabel Sandoval. Elle imagine le parcours d’Olivia, une Philippine qui vit et travaille à New York avec la peur au ventre car les rafles d’immigrés clandestins se multiplient, la maintenant dans une situation délicate malgré tous ses efforts pour vivre dans la normalité. A la quête de papiers pour régulariser sa place et ne plus craindre un rapatriement forcé, Olivia rase les murs et regarde derrière elle pour échapper à de possibles ravisseurs légaux. Olivia souhaite être aussi transparente que n’importe qui d’autre, elle femme trans et sans papiers dans un pays trumpiste qui se ferme à la diversité. Aide à domicile auprès d’une femme âgée et esseulée, Olivia cherche à se marier pour gagner ces fameux papiers qui lui assureraient la pérennité d’une place aux Etats-Unis. C’est une histoire d’amour impromptue et sincère avec le petit fils maladroit d’Olga qui va lui ouvrir des perspectives. La description par petites touches subtiles du quotidien de cette femme pas comme les autres est emplie de poésie avec une attention particulière portée à des détails insignifiants pour beaucoup mais pas pour Olivia. Le petit monde de la jeune femme semble décorrélé de celui de ses semblables, signifiant ainsi sa différence et sa singularité, sans militantisme ni esclandres. Car c’est une place dans le monde que recherche Olivia, à l’abri des dangers d’un pays enserré dans les serres trumpistes mais où il est possible de s’épanouir pourtant. L’histoire d’amour est traitée avec douceur au cœur de la ville qui ne dort jamais.

La réalisatrice Isabelle Sandoval livre un film qui touche au cœur grâce à cette ambiance si particulière, rendue possible par la maîtrise des différentes casquettes de réalisatrice, actrice et monteuse. La fin du confinement pourrait voir se film vivre une belle carrière dans les salles à partir du 1er juillet, souhaitons-le lui.

Synopsis: Olivia travaille comme soignante auprès d’Olga, une grand -mère russe ashkénaze de Brighton Beach à Brooklyn. Fragilisée par sa situation d’immigrante philippine, elle paie secrètement un Américain pour organiser un mariage blanc. Alors que celui-ci se rétracte, elle rencontre Alex, le petit fils d’Olga, avec qui elle ose enfin vivre une véritable histoire d’amour…

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici