Le cerveau expliqué à mon petit-fils, un livre intelligent de Jean-Didier Vincent (Seuil)

Jean-Didier Vincent
Le cerveau expliqué à mon petit-fils, un livre intelligent de Jean-Didier Vincent (Seuil)

Jean-Didier Vincent dit lui-même qu’il a écrit ce livre avec son petit-fils. Constant étant un jeune homme passionné, il a su poser les bonnes questions à son Pépé et ses réponses ont donné ce livre : Le cerveau expliqué à mon petit-fils. Jean-Didier Vincent est membre de l’Institut et de l’Académie de médecine. Il a écrit de nombreux ouvrages scientifiques.

Bien sûr, Constant n’a pas 7 ans mais 16 ans ! Et ses questions sont très judicieuses. Elles ne concernent pas forcément les domaines scientifiques ou médicaux mais plus « terre à terre » comme :
P.52 : Mais explique-moi d’où viennent la saveur et l’odeur des choses que nous mangeons.
P.54 : Est-ce qu’on sait ce qui déclenche la puberté ?
P.69 : Quelle est la différence entre le bonheur et le plaisir ?
P.77 : L’homme a-t-il comme l’animal une mémoire qu’il possède à sa naissance et qui est celle de son espèce ?

[…] les réponses de son grand-père sont claires, limpides et à la portée de tous.

Les questions de Constant nous interpellent vivement. Et je dois dire que les réponses de son grand-père sont claires, limpides et à la portée de tous. Pourtant Jean-Didier Vincent est un des plus grands spécialistes français du cerveau. Il est professeur de physiologie à la faculté de médecine de l’université Paris XI. Il a su trouver les mots justes et nous parler de la complexité du cerveau en quelques pages. Si son livre ne contient qu’une centaine de pages, il n’en est pas moins très riche en informations. Vous saurez tout sur les différentes fonctions du cerveau, sur notre sommeil, nos comportements, tous régis par le cerveau, l’amour, l’addiction, les sens, les mémoires, les pensées, les images mentales et même les disfonctionnements du cerveau et les maladies mentales. Toutes nos émotions, toutes nos compassions et nos relations avec l’autre viennent du cerveau.

Un très beau livre à lire et relire ! Le cerveau reste le plus bel organe de l’homme mais aussi le plus difficile à découvrir, le plus mystérieux. Voilà quelques extraits qui vous donneront envie d’en lire davantage !

P.41 : La cessation d’activité du cerveau signifie la mort. Un cerveau vivant n’est jamais au repos. Sa dépense énergétique est à peu près un cinquième de la dépense totale du corps – ce qui pour son poids relatif (1,5 kilo) est énorme.

P.61 : Le cerveau est le premier des organes sexuels. Je serais tenté de dire que c’est dans le cerveau que tout se passe.

P.104 : Entre les humains, la compassion – je préfère ce terme à celui d’empathie – préside aux rendez-vous avec la vie. Compatir, c’est souffrir de la souffrance d’autrui ou jouir de son plaisir, autrement dit éprouver en soi les passions de l’autre. Une fonction qui exige la présence effective et affective de l’autre en moi.

Jean-Didier Vincent a été l’invité des Cinq dernières minutes sur France 2 le 1er avril 2016 dont voici l’extrait :


Science : le cerveau expliqué à son petit-fils

[vc_text_separator title= »RESUME DE L’EDITEUR ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

Le Cerveau expliqué à mon petit-fils

« Le cerveau est sans doute l’objet le plus complexe de l’univers. Son exploration scientifique n’a commencé qu’il y a trois siècles. On sait depuis toujours que pour tuer un homme il suffit de lui couper la tête ou de lui plonger un couteau dans le cour. Il en est sorti une longue dispute quant à savoir où siège l’âme : dans le cerveau ou dans le cour ? En fait, l’âme et l’activité du cerveau vivant sont une seule et même chose. Cela n’enlève rien aux mystères de l’activité psychique : ses relations avec le corps, le langage (et ses troubles), la mémoire, le tout dépendant de la relation à autrui.
Il nous faudra distinguer le cerveau de l’affect : humeur, émotions avec ses aspects pathologiques, notamment la dépression ; le cerveau végétatif qui tient sous son contrôle les fonctions organiques (reins, foie, cour, etc.) et les grands comportements : veille, sommeil et rêve, reproduction et comportement sexuel, régulation de l’alimentation, de la boisson. C’est dans ce cerveau de la base (ce que dans un palais on appellerait les « communs ») que s’organisent le plaisir, l’amour, la souffrance et la beauté.
Vient ensuite dans les étages supérieurs du cortex, le cerveau des représentations étroitement couplé à celui de l’action et son inséparable compagnon : la mémoire sous toutes ses formes. Nous terminerons par ce qui fait le fond de la condition humaine : les relations du sujet avec l’autre via notamment les « neurones miroirs ».
Mon jeune interlocuteur, intelligent et malin saura contrer mes excès de scientisme et me ramener à des questions plus pratiques. » J.-D. V.

Jean-Didier Vincent est professeur de physiologie à la faculté de médecine de l’université Paris XI. Il est membre de l’Institut (Académie des sciences) et de l’Académie de médecine. Il a beaucoup contribué à l’étude des interactions entre hormones et système nerveux. Outre ses travaux scientifiques, il a écrit de nombreux ouvrages, dont La Biologie des passions, qui ont trouvé un large lectorat.

Date de parution : 7 janvier 2016
Auteur : Jean-Didier Vincent
Editeur : Seuil
Prix : 8 € (112 pages)
Acheter sur : Amazon

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici