César 2020 : La Honte du cinéma français

Quand on assiste à la 45ème cérémonie des César, on est quelque peu éberlué. Sommes-nous vraiment à une remise de prix du cinéma français ?

Tension palpable

Dès les premières minutes, l’ambiance est palpable. Florence Foresti, maîtresse de la cérémonie ne cache pas son angoisse. Elle le dit elle-même, elle est très courageuse de présenter cette 45ème édition. Elle n’a pas peur d’y aller franchement. Et tout en abordant des sujets très graves, tous en lien avec les problèmes d’abus sexuels, tous visant Roman Polanski, elle arrive à nous faire rire. Elle ne s’imaginait absolument pas en début de soirée que Polanski repartirait avec trois César, dont celui de la meilleure réalisation. Et que, elle, elle ne clôturerait pas cette soirée. Écœurée, mais tellement écœurée, comme Adèle Haenel qui fut la première à quitter la salle à l’énonciation du César de la meilleure réalisation.

Mais qui vote les César ?

Ce sont les membres de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma qui votent pour les César, à condition qu’ils aient payé leur cotisation annuelle de 70 euros. Cette année, cela représente 4 313 votants, qui font partie de dix catégories différentes de métiers liés au cinéma : acteurs, réalisateurs, auteurs, techniciens, producteurs, distributeurs, membres d’industries techniques, agents et attachés de presse, exploitants de salles et membres associés. Tous votent anonymement et la liste des membres de l’Académie est statutairement confidentielle.

Vous trouverez toutes vos réponses dans cet article de Voici.

Donc, vous l’aurez compris ces votes sont anonymes.

Pas de conscience ?

Florence Foresti parlait de la 45ème et dernière édition des César, en espérant que l’année prochaine une chose pareille ne soit plus possible. Comment peut-on plébisciter un homme qui, depuis quarante ans, violent les femmes ? Sa première accusation de viol, sur mineure date de 1977 ! Comment peut-on lui remettre la plus haute récompense du cinéma français ?
On peut juste se demander comment cela est humainement possible.

Le public français est aussi responsable de cette situation. Quand on sait que J’accuse a attiré 1million 5 de spectateurs ! Si on commençait par boycotter ces réalisateurs, ils ne seraient jamais récompensés.

Le cinéma français traverse une crise sans précédent. Et chacun de nous en est conscient. Il est temps de réagir et de dire NON à ces situations lamentables et criminelles. Comme l’a fait, remarquablement, Florence Foresti, tout au long de cette soirée. Une bien triste soirée. Du coup, on a du mal à se réjouir pour les autres prix reçus : le film Les misérables a été justement récompensé et a reçu, entre autres, le César du meilleur film. et le César de la meilleure actrice dans un second rôle a été décerné à Fanny Ardant dans le film : La Belle époque, où elle y est sublime.

Retrouvez tout le palmarès ici.

Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

1 COMMENTAIRE

  1. «Il est si extraordinairement difficile de penser, que certains préfèrent juger.» Karl Bühler.
    Que savons-nous réellement de cette histoire, qui connaît les faits dans leur contexte pour pouvoir juger un événement 50 années après. Et quelle pertinence de centrer exclusivement cette soirée dédiée au cinéma, en ciblant de moqueries dégradantes l’homme Polanski. Le grand réalisateur qu’il est, a très justement remporté un nouveau César pour son film « J’accuse ». L’académie des Césars a urgemment besoin de sélectionner des personnes qui ont des neurones en état de fonctionner sainement sans racolages pitoyables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici