Le chien de Dieu (Futuropolis), une bd miroir d’un temps de contradictions

Le chien de Dieu
Le chien de Dieu

Le chien de Dieu (Futuropolis), une bd miroir d’un temps de contradictions

Louis-Ferdinand Céline, sa vie et son oeuvre. C’est grosso modo le fil rouge du Chien de Dieu, bande dessinée ultra réaliste aux accents de fantaisie qui fait revivre les mots de l’auteur culte du Voyage au bout de la nuit. On croirait entendre un accent titi parisien dans des pages remplies de toutes ces expressions argotiques d’un autre temps mêlées à une rage intérieure déversée contre lui-même dans de longs monologues intérieurs. C’est le tableau d’un personnage autant atrabilaire qu’empathique qui est brossé par Jean Dufaux et Jacques Terpant. Du genre que personne ne veut côtoyer chaque jour mais qui fait merveille une ou deux fois par an lors des fêtes de famille. Un original, en somme.

Un personnage controversé

Le chien de Dieu romance l’existence de celui qui fut un antisémite notoire et élude soigneusement la fuite de France à la libération vers l’Allemagne puis le Danemark. Voilà pour des raccourcis qui pourront prêter à confusion. Pour le reste, la bande dessinée se dévore de la première page au dernier mot en compagnie d’un être affectueusement imparfait qui ne laisse le privilège à personne d’autre que lui-même de se juger dans un bilan mordant de son existence. Chaque bulle est remplie de ce langage parlé qui a fait sa renommée, entre argot dévoyé et vocabulaire scientifique hérité de ses études de médecine. Sa petite musique faite de rythmes et de sonorités donne aux dialogues et aux cheminements personnels intérieurs des accents de lucidité désespérée mais également un sommet d’humour, entre violence et tendresse. L’homme est montré sous son jour le plus cru, jamais vraiment sympathique et à la dent constamment féroce. Celui qui reste un des auteurs français majeurs du XXe siècle semble donner une substance parfaite à l’adage selon lequel il ne faut pas confondre l’auteur et son oeuvre. Si le Voyage au bout de la nuit est rentré tout en haut du panthéon littéraire français, ce n’est certainement pas un hasard. Au-delà des errements d’un personnage controversé, Le Chien de Dieu creuse le sillon d’un enragé de la vie.

Une BD en clair obscur

Les dessins de Jacques Terpant font évoluer Céline dans un univers aux perpétuelles nuances de gris pour le récit d’une vie passée à (se) fuir. Le dessin est précis, les personnages prennent vie avec une surprenante vivacité au fur et à mesure d’une BD imaginée comme le constat d’une vie. La guerre de 14 et son cortège d’atrocités, la rencontre cruciale avec Élisabeth Craig, l’écriture enfiévrée du Voyage au bout de la nuit, le quotidien de médecin au service des pauvres, les errements de la seconde guerre mondiale. Et sa compagne Lucette rient une place importante bien que finalement secondaire. Le chien de Dieu est une histoire d’hommes où les femmes représentant avant tout des créatures que Céline considéraient comme fragiles et négligeables. Le récit se suit entre Paris et Meudon sans jamais oublier la ville de naissance, ce Courbevoie aux accents de nostalgie qui ne quitte jamais le héros.

La bande dessinée est courte et dense, pointue et elliptique et tend surtout à cerner un homme complexe enfermé dans ses contradictions. Surtout un auteur majeur rentré dans la légende et dont la postérité ne cesse de rejuger l’apport humain et littéraire, certainement bien moins sévèrement que lui même le fait au fil des pages.

[vc_text_separator title=”RESUME DE L’EDITEUR, INFOS ET PLANCHES DE L’ALBUM” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Jean Dufaux revient à ses premières amours, la littérature, avec ce récit singulier sur le destin d’un homme hors du commun, Louis-Ferdinand Céline. À travers les moments marquants de son existence, Jean Dufaux brosse le portrait d’un homme complexe, écrivain de génie, médecin des pauvres, pamphlétaire antisémite… Le dessin réaliste et juste de Jacques Terpant nous fait revivre un Céline humain, terriblement humain…

Date de parution : le 2 novembre 2017
Scénariste(s) : Jean Dufaux, Jacques Terpant
Dessinateur(s) : Jacques Terpant
Genre : Biopic
Editeur : Futuropolis
Prix : 17 € (72 pages)
Acheter sur : Amazon l BDFugue

Le chien de Dieu
Le chien de Dieu

Le chien de Dieu
Le chien de Dieu

Le chien de Dieu
Le chien de Dieu

Le chien de Dieu
Le chien de Dieu

Note
Originalité
Dessin
Scénario
Plaisir de la lecture
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here