Cold in July, un film de Jim Mickle

!cid_image003_png@01D010BF

Cold in July, un film de Jim Mickle

Date de Sortie : 31 décembre 2014

Durée : 1h49

Avec :  Michael C. Hall, Sam Shepard, Don Johnson

 

Synopsis du film :

1989. Texas. Par une douce nuit, Richard Dane abat un homme qui vient de pénétrer dans sa maison. Alors qu’il est considéré comme un héros par les habitants de sa petite ville, il est malgré lui entraîné dans un monde de corruption et de violence.

Véritable choc à la dernière Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, Cold in July du réalisateur Jim Mickle (Stake Land, Mulberry Street, We are what we are) va sans doute faire autant de bruit lors de sa sortie en salle. Au casting on y retrouve Michael C. Hall, arborant ici une coupe de cheveux « mulet » et une moustache, et qui a rejoint la production de Cold in July juste après avoir clôt la série Dexter sûr une dernière saison et surtout un ultime épisode en demi-teinte. Il s’avère que sa première incursion pour le cinéma est ici aussi convaincante que celle pour la télévision. Deux grands acteurs lui donne ici la réplique pour former un trio à la poésie un peu décalé et surréaliste : Sam Shepard et Don Johnson, le premier est excellent dans le rôle d’un repris de justice qui apparaît d’abords comme une figure de croquemitaine digne d’un film d’horreur, avant de se muer en celle d’un père désabusé à la recherche d’un fils qui s’est égaré sur le chemin de la perversion et du crime. Le second est fabuleux dans le rôle d’un privé texan à l’œil qui frise devant les jolies filles et aux répliques à l’humour cinglant. L’acteur de la série Miami Vice et de Hot Spot (1990), avec lequel Cold in July entretien une filiation, apporte un second souffle à une seconde partie pleine de surprises, à l’image de ce thriller singulier qui passe d’un genre à l’autre, du policier à la comédie et même au gore à l’ambiance poisseuse, ce qui était déjà le cas du roman noir Juillet de sang de Joe R. Lansdale dont le film est tiré. Cold in July, un film qui est donc à réserver à un public plutôt averti.

527039.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Cold in July

Le tout est illustré par une réalisation nerveuse, baignant presque constamment dans une ambiance nocturne et « bleutée », appuyé par un montage et un filmage rigoureux, montrant que le cinéma américain reste un des meilleurs du monde. Sorte d’hommage aux séries b d’action masculines des années 80, ce que souligne l’excellente bande originale composée par Jeff Grace aux accords electro lancinants et lourds de tension palpable inspirée par les musiques de John Carpenter, Cold in July s’avère un formidable western moderne et sans concession, comme on en voit de plus en plus en DTV et rarement au cinéma.

Bande annonce du film Cold in July :

Thierry Carteret
Cinéphile passionné, Thierry est chroniqueur cinéma et DVD depuis 2006 en ayant collaboré auparavant pour des webzines comme Kinok ou La revue du cinéma. En parallèle de son activité de chroniqueur, il exerce également les fonctions de scénariste et storyboarder sur des projets de courts, longs métrages et séries de fiction.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here