Concours Vincha : gagnez 5 albums « Qui dit mieux »

Vincha

[vc_text_separator title= »LOTS MIS EN JEU » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

A l’occasion de la sortie de Qui dit mieux ?, le nouvel album studio de VinchaPublik’Art vous propose de tenter votre chance pour gagner 5 albums CD (à raison d’un CD pour 5 d’entre vous).

[vc_text_separator title= »MODALITES DU JEU » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

Pour participer à notre concours, il vous suffit de répondre directement au quizz ci-dessous avant le 26 septembre 2016. Consultez les informations ci-dessous sur Vincha pour trouver les bonnes réponses !

NOUVEAU : rejoignez-nous sur Facebook pour multiplier vos chances de gagner par 2 !

 

Pour recevoir les résultats, abonnez-vous à l’une de nos Newsletters, notre page Facebook ou notre compte Twitter. Attention, aucune réponse mise en commentaire ne sera validée. En cas de problème, contactez-nous en utilisant le formulaire de contact.

[vc_text_separator title= »INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

Vincha, les présentations

C’est officiel : Vincha a « 30 ans ». Ce morceau phare du nouvel album du jeune rappeur-chanteur,  marqueur temporel plein d’humour doux amer, annonce son retour.

Qui est Vincha ?

Un ex « fanatique de rap français » qui a grandi avec des parents fans de Beatles et de chanson française et découvert le rap à 12 ans avec La Haine, les mixtapes de DJ Poska et le premier album de Doc Gynéco. « Mon kif suprême, c’était d’écouter du rap français. Je ne fais pas de distinctions, je suis nostalgique sans l’être et ça continue de m’intéresser, c’est ça qui m’a lancé. Il monte des groupes, squatte tous les samedis à la MJC de Cesson, du côté de Melun avec sa bande. C’est le 77, à quarante bornes de Paris : «on prenait le RER D, on trainait à Chatelet, sur les Champs, on mangeait des crêpes à Bastille. Le parcours type d’un banlieusard ». Après des années d’apprentissage de la vie d’artiste au sein de multiples groupes nébuleux et sans lendemain, il décide de se lancer dans une carrière solo. Premier nom : Vincha Backpacker. « C’était un clin d’oeil au fait que j’avais toujours un sac à dos, je voyageais énormément et c’est comme ça que j’écrivais. Les trains, les aéroports, les bus… Ce sont des endroits tellement mélancoliques et riches en rencontres ».

Pour habiller ses mots, Vincha a eu la chance de tomber sur un grand couturier des sons. En 2005, Tom Fire, qui a écouté ses maquettes sur MySpace, l’invite dans son studio. Les deux hommes s’apprécient et décident de démarrer une collaboration fructueuse qui dure aujourd’hui. Pour la scène, Vincha choisit un DJ versatile, S.O.A.P. (l’acronyme de Son Of A Pitch), avec qui il va arpenter les scènes en duo pendant trois ans. « La formule c’était : 2 platines, un mélodica, un piano. Il y avait un côté cabaret hip-hop, on avait appelé ça de la chanson rappée ».
Vincha sort deux EPs et réussit à décrocher un petit tube, « Les Petits Seins ». Mais certains commencent à le classer dans la case Chansons Festives… On frise le quiproquo. « J’ai fait ce morceau pour l’énergie du live, mais sur disque ce n’était pas là-dedans que je voulais aller » explique Vincha, qui de toute manière est déjà focus sur son nouvel album.

Un album de rap ?

Oui, mais signé par « Le rappeur le moins hardcore du 93 mais pourtant droit dans mes baskets, à l’aise » (« Le Souague », featuring Hipoccampe Fou). Un album personnel, drôle, touché par la grâce, entre émotion et dérision et sur des sons concoctés essentiellement en binôme avec Tom Fire.

Entre hip-hop et mélodies, Vincha raconte sa vie. « L’écriture me permet d’exprimer des choses que je ne dirais pas en temps normal. Comme dire à ma mère que je l’aime ». Ainsi la chanson « Lapis-Lazuli » où Vincha raconte sa naissance (« Quand de son ventre sortit Vincent, 3 kilos 5, futur rappeur ») et évoque sa maman de façon émouvante et drôle à la fois.

On pense parfois à Akhenaton (pour l’emploi de mots précieux et qui sonnent), mais aussi à l’Oxmo des débuts pour ce goût de la narration, ce storytelling rapologique qu’affectionne Vincha.
Thème récurrent de cette collection de chansons : l’amour. Vincha a le sens de la formule lorsqu’il évoque les soirées où « tout le monde fait mine de ne pas remarquer qu’il manque un truc au tableau » en parlant d’idylles pas idéales (« Il Viendra »). Mais l’amour, est-ce la vie en couple ? « 123 », avec Emilie Gassin au refrain, pose la question : « On croise d’autres équipages, chacun dit “Moi c’est cool”, alors que tous les staffs font de l’écopage et du sauvetage de couple (…)/ Chacun a son billet pour le train-train quotidien, on s’attend moins sur le quai, on s’embrasse un peu moins ». Des couplets tristement adaptables à la réalité de beaucoup de couples. Ainsi vont les chansons de Vincha : du réalisme, une pointe de rigolade désabusée et une plume qui ne recule pas devant les (grands) sentiments, évitant les clichés et les attitudes macho que trop de rappeurs d’aujourd’hui affectionnent.

Alors, l’album de la maturité ?

Pas besoin de ce grand cliché : Qui dit mieux est le disque d’un trentenaire qui sait manier la plume et remet à l’honneur le texte.
« Je ne veux plus rêver ma vie, je veux vivre mes rêves » : une formule qui claque pour un titre important, « 30 Ans ». « Putain j’ai 30 ans, le diagnostic est évident/ Tous les symptômes sont clairs, il n’y a pas de médicament, un oeil devant, un oeil derrière ».
Vincha a de l’humour, et il s’inclut dedans : « Je me verrai bien brûler les planches, incendier des grandes scènes, dans le coeur des fans faire des flammes », balance-t-il dans « Des Etincelles », le premier single au clip tourné à Bali. « Je suis peut-être destiné à plaire à un public plus adulte mais j’ose espérer que tout le monde peut écouter mes sons. J’essaie de ne pas y penser, je fais de la musique pour les autres, mais il faut que je sois mon premier fan ». Qu’il se rassure, Vincha n’est plus seul.

« Je pense beaucoup au live, j’espère que cet album, qui est plus rap, plus “testostéroné”, va me permettre de jouer sur des scènes debout, d’élargir mon public. J’ai beaucoup d’envies, je veux aller dans plein de directions ». Le diagnostic est évident : on va suivre Vincha jusqu’à la destination qu’il a choisi d’atteindre.

Olivier Cachin

[vc_text_separator title= »QUIZZ » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

[ipt_fsqm_form id= »30″]

[vc_text_separator title= »REGLEMENT DU CONCOURS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

Ce concours est organisé sur le site Publikart.net uniquement. Ce concours est réservé à la France métropolitaine.

Pour jouer à ce concours sur le site de Publikart.net, après avoir renseigné vos réponses, vos coordonnées et, le cas échéant votre choix de newsletter, cliquez à chaque étape sur les boutons « Suivant », puis « Envoyer » situés en bas du formulaire.

Une seule participation par personne, par E-mail et par foyer est autorisée. En cas contraire, flagrant ou douteux, (participations multiples, bulletins à coordonnées identiques, erronées ou incomplètes), il ne sera tenu compte d’aucune réclamation et aucun lot ne pourra être attribué à l’émetteur du bulletin.

Le concours prendra fin le 26 septembre 2016 à 24h00. Les réponses reçues après cette date limite ne seront pas valides et ne seront pas comptées dans le nombre total de participations. L’attribution du(des) lot(s) se fera par tirage au sort parmi les bonnes réponses sans autre condition. Les personnes qui auront suivi la page facebook de Publik’Art apparaitront deux fois.

Un article publiant le nom du(des) gagnant(s) paraîtra le jour du tirage au sort. La participation à ce jeu implique que vous autorisiez Publik’Art à utiliser les informations vous concernant dans ce concours. Publik’Art s’engage à ne pas les transmettre à d’autres personnes ou sociétés que le ou les partenaires cités dans le présent concours dans le cadre légal d’une opt-in et/ou pour l’envoi des lots. L’expédition des lots est en effet confiée au partenaire sous sa charge et sa responsabilité. Publik’Art ne peut en aucun cas être tenu responsable du mauvais acheminement des lots aux gagnants du concours.

Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art.34 de la loi « Informatique et Libertés »). Pour l’exercer, contactez-nous en cliquant sur l’onglet en bas de votre page.

Gaël a créé Publik'Art en 2009. Notaire de formation, il est responsable de la rubrique BD et gère l'administration du site (webmaster). Il vit dans le sud de la France d'où il anime le webzine avec les membres de la rédaction, présente sur la majeure partie de l'hexagone : Paris, Bayonne, Montpellier, Lille, Lyon.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici