Le deuxième long-métrage de David Victori ne laisse pas respirer une seule seconde. Cross The Line, No Mataras en VO, est distribué en France par Wild Side et montre la descente aux enfers d’un jeune homme sans histoires, Daniel (puissant Mario Casas), obligé de se battre pour survivre. Le réalisateur ne ménage pas son personnage avec des plans séquence irrespirables pour bien faire ressentir le cauchemar vécu par le héros.

Un véritable survivor movie haletant

Daniel a tout du jeune homme lambda. C’est parce qu’il a veillé sur son père jusqu’à sa mort qu’il décide de réaliser un voyage autour du monde et accepte de sortir des sentiers tout tracés de son existence. C’est avec cet état d’esprit résolu qu’il se laisse aller à faire la connaissance d’une jeune fille qui détonne dans son univers. Elle l’enjoint à se faire un tatouage et l’entraine dans sa folie avant que les choses ne s’emballent pour de bon. Le réalisateur prend le spectateur par surprise avec une action trépidante débarquée d’on ne sait où. Des personnages underground violents s’en prennent à un héros bien obligé de se défendre. Surtout que la belle agit d’une manière qu’il ne comprend pas. D’abord fasciné, il tombe en pleine béchamel infernale au cœur d’une nuit sauvage et interminable. L’éclairage au néon omniprésent fait beaucoup pour l’ambiance du film, entre science-fiction et horreur soft. Le jeune homme s’est introduit dans un univers qu’il ne connait pas et dont il ne comprend pas les codes. Visuellement, le réalisateur apporte une touche punk à un opus vécu comme une plongée dans les abysses de l’enfer. Surtout que la caméra suit au plus près un personnage de moins en moins carré, bien obligé de s’adapter pour ne pas se laisser submerger. La bande sonore est au diapason, tour à tour crissante et étouffée, comme pour imaginer l’adrénaline qui s’inocule dans les veines du héros et son souffle coupé qui l’empêche de respirer. Les scènes de combat sont plutôt hardcore et le tournage en steadycam rappelle le film Hardcore Henry où un personnage se découvrait déjà de surprenantes facultés d’adaptation pour survivre à tout. Avec des plans séquences coupant comme des lames de rasoir, le réalisateur instille une tension qui prend à la gorge, avec ce sentiment diffus que la rencontre faite par Daniel aurait pu arriver à n’importe qui… au mauvais endroit au mauvais moment. Le thriller est un must au stress très communicatif.

Le concept d’un homme ordinaire obligé de se surpasser pour ne pas sombrer n’est pas nouveau, il est en revanche tourné ici avec maestria par un réalisateur qui trouve en son acteur principal l’interprète parfait pour ce cauchemar nocturne. Le film sort le 17 février en VOD et achat digital, l’occasion parfaite pour un bon shoot d’adrénaline.

Synopsis: Dani est un jeune homme bon mais taciturne, qui a consacré ces dernières années à prendre soin de son père malade. Après la mort de celui-ci, il décide de reprendre le cours de sa vie et achète un billet pour faire un tour du monde. Juste avant partir, il rencontre par hasard Mila, une jeune femme terriblement attirante mais visiblement instable. Ce qui commence comme une nuit d’aventure inattendue se transforme vite en cauchemar éveillé, poussant Dani à des extrêmes qu’il n’aurait jamais pu imaginer…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici