Deux actrices au sommet dans Le choix de Gabrielle au Studio Hébertot

Le choix de Gabrielle
Le choix de Gabrielle, mise en scène de Danièle Mathieu-Bouillon, Studio Hébertot

Deux actrices au sommet dans Le choix de Gabrielle au Studio Hébertot

Le Studio Hébertot propose une pièce contemporaine de la plus chaude actualité. Tous les mercredis à 21h du 12 décembre au 20 février 2019, l’œuvre de Danièle Mathieu-Bouillon met aux prises le maintenant légendaire duo composé de Sylvia Roux et Bérengère Dautun avec la question de la fin de vie. Le choix de Gabrielle est une fiction très largement inspirée de faits réels qui s’amalgament et se complètent pour aboutir à un drame qui parlera à chacun des spectateurs. De près ou de loin, le débat sur le droit de mourir dans la dignité concerne chacun de nous et la pièce évoque avec pudeur et émotion les nœuds que la législation française provoque au cerveau de beaucoup. En filigrane, l’auteure ne fait peut être pas dans la dentelle, mais sa manière de mettre les pieds dans le plat ne laisse personne insensible.

Une pièce de notre temps?

C’est dans un cimetière parisien que se rencontrent Léa (Sylvia Roux) et Laure (Bérengère Dautun). La première aime à se ressourcer dans ce lieu de silence alors que la seconde rend visite à son mari décédé. Elles se méfient d’abord chacune de l’inconnu avant de parler pour finalement sympathiser. L’introduction est brève et si les rencontres se multiplient, les discussions cordiales et sans conséquences se changent vite (trop vite?) en débat sur la fin de vie. Car un souvenir commun finit par éclore pour lier les deux femmes. Le souvenir de cette fameuse Gabrielle en vient à la obséder et les apparences tombent. Le débat qui s’installe entre elles deux symbolise deux points de vue sociétaux très forts. La cadette Léa ne comprend pas la mort désirée de Gabrielle tandis que l’ainée Laure essaye d’expliquer l’inexplicable. Ce nœud gordien qui les verra s’affronter, avec échange de menaces, incompréhension et controverse tient en haleine car ce ne sont pas seulement deux points de vue qui s’opposent mais également deux visions de la vie, et donc de la mort. Léa est ethnologue et s’intéresse aux rites funéraires, Laure était infirmière et a vu mourir Gabrielle. La première croit savoir ce qu’est la mort à force de l’avoir étudiée, la seconde a vécu le drame de la justice naturelle arbitraire. La pièce n’échappe certes pas à quelques raccourcis un peu directs, laissant parfois un peu trop l’émotion prendre le pas sur la réflexion, mais qu’importe. Les deux comédiennes transportent le public dans leur contentieux jusqu’à faire toucher du doigt la sensibilité du sujet. La mort est inéluctable, la souffrance, elle, ne l’est pas vraiment. Mais aider à mourir, n’est ce pas la porte ouverte à des homicides de complaisance? La pièce fait le tour de la question avant de prendre parti, sans rien imposer si ce n’est la possibilité de réfléchir un peu plus au sujet.
Quand la pièce se finit, la toujours impétueuse Sylvia Roux fait venir l’équipe du théâtre sur scène pour partager les applaudissements. Et invite au débat, un peu orienté tant il tient à cœur à une grande partie du public et que le lieu ne se prête pas forcément à la polémique. La pièce intéresse, les comédiennes envoutent, il fait bon se transporter au Studio Hébertot pour gouter à un théâtre contemporain vivant et engagé!

Dates : DU 12 décembre 2018 AU 20 février 2019, le mercredi à 21h

Lieu : Studio Hébertot (Paris)
Metteur en scène : Danièle Mathieu-Bouillon
Avec : Sylvia Roux, Bérengère Dautun

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des actrices
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here