Ceux qui ont eu la chance d’assister à la projection presse du film Falling le 15 octobre au Forum des Images avec en guest star Viggo Mortensen himself se souviendront des sentiments forts suscités par le film. Cette évocation de la relation toxique entre un fils homosexuel et son père atrabilaire court pendant tout le film, des prémices des rapports difficiles jusqu’à la tentative ardue de conciliation finale. Les acteurs sont tous impressionnants mais c’est surtout ceux qui interprètent le père atrabilaire qui interpellent, jeune par Sverrir Gudnason et plus décrépit mais pas moins irascible par Lance Henriksen. Une intensité remarquable.

Famille je te hais

Viggo Mortensen a expliqué sur cènes à l’issue de la projection, et dans un français impeccable s’il vous plait, la raison de cette première réalisation tardive en évoquant les difficultés de financement et la longueur compréhensible du processus créatif, surtout qu’il produit le film, joue un rôle, compose la musique et réalise. Une belle prouesse pour un réalisateur débutant mais abreuvé à la source des nombreux artistes renommés avec qui il a pu travailler, à commencer par un David Cronenberg invité à jouer le rôle truculent dans le film d’un… proctologue. Un fils pilote de ligne reçoit son père chez lui pour le persuader de s’installer à proximité de lui. Sauf que le père n’est pas un cadeau, problème de mémoire, problèmes de santé et une incapacité chronique à vivre en société. Le film dévoile tout du long des souvenirs douloureux en parallèle d’un présent lourd en tensions. Surtout que le fils John, interprété par Viggo Mortensen, est homosexuel et vit avec son compagnon avec qui il a adopté une petite fille, autant de raisons d’exaspérer le patriarche ouvertement conservateur, raciste et homophobe. Si on ajoute les relations compliquées avec une mère et une belle-mère toutes deux décédées après de multiples vexations toutes leurs vies durant mais toujours présentes dans l’esprit du vieux Willis, le film enchaine les scènes surréalistes où le couple se mord la langue pour ne pas réagir aux énormités proférées par le vieux grincheux. Certains y verront une portée politique entre l’Amérique trumpiste conservatrice et la Californie progressiste et libérale, Viggo a quelque peu relativisé cette manière de voir le film. Il a surtout voulu évoquer une histoire de famille profondément compliquée entre des générations divisées depuis toujours, un ainé qui ne supporte pas la contradiction et son fils qui n’a jamais voulu se résoudre à vivre sa vie comme le père l’aurait souhaité. Une histoire finalement assez universelle dans laquelle chacun pourra trouver des éléments de comparaison.

Falling est un vrai film coup de poing, sensible, hargneux et inoubliable pour ses relations familiales au paroxysme du conflit ouvert. Viggo Mortensen n’a pas fait les choses à moitié et son prochain film sera attendu pour une confirmation de ses talents naissants de réalisateur.

Synopsis: John vit en Californie avec son compagnon Eric et leur fille adoptive Mónica, loin de la vie rurale conservatrice qu’il a quittée voilà des années. Son père, Willis, un homme obstiné issu d’une époque révolue, vit désormais seul dans la ferme isolée où a grandi John. L’esprit de Willis déclinant, John l’emmène avec lui dans l’Ouest, dans l’espoir que sa soeur Sarah et lui pourront trouver au vieil homme un foyer plus proche de chez eux…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici