La fille du froid, un livre singulier de Rupert Thomson (Denoël & d’Ailleurs)

La fille du froid, un livre singulier de Rupert Thomson
Rupert Thomson Photo © twitter Rupert Thomson

La fille du froid, un livre singulier de Rupert Thomson (Denoël & d’Ailleurs)

Dès le début du livre, l’ambiance est très spéciale. On ne sait pas vraiment où Rupert Thomson nous emmène à travers son dernier livre : La fille du froid. Le livre est écrit à la 1ère personne. L’histoire est celle d’une toute jeune femme de 19 ans, Katherine Cartyle, dite Kit, née d’une fécondation in vitro… Ca, elle en parle à plusieurs reprises. On sait que son père est journaliste reporter et sa mère est décédée des suites d’un cancer.

Kit, est jeune et semble avoir terriblement souffert d’avoir été congelée, à l’état d’embryon, durant 8 ans avant d’être devenue un fœtus dans le ventre de sa mère. C’est comme si elle n’avait pas complètement décongelée ! Elle va rechercher le grand froid comme pour s’assurer qu’elle est bien vivante.

[…] Kit veut tester l’amour de son père.

Elle mène une vie des plus chaotiques et nous entraine de Rome à Berlin et de Berlin en Russie, dans les endroits les plus reculés et les plus froids de Russie. Là où personne ne va.… Non sans incident. Elle fait des rencontres qui ne lui seront pas toujours salutaires. Son principal souci : savoir si son père va se rendre compte de son départ. Et au bout de combien de temps. Elle imagine, tout au long du roman, un scénario par rapport à son père. Trouvera-t-il les indices, très faibles, qu’elle lui a parsemés tout au long de son périple ? Va-t-il vraiment lui consacrer du temps ? En d’autres termes, Kit veut tester l’amour de son père.

Ce voyage, sans but, est aussi une façon de « faire son deuil ». Elle revient souvent sur la mort de sa mère, sur ses derniers souvenirs vécus avec elle. On s’attache à Kit et souvent, on tremble pour elle. Elle fait de mauvaises rencontres. On ressent toute la jeunesse qui brille en elle, avec son insouciance et sa confiance en la vie. C’est beau et émouvant.

Rupert Thomson  écrit un livre très original, qui dévoile les sentiments d’une jeune femme, face à ses origines, peu communes. A croire que son subconscient a enregistré son passage « en congélation ». La maternité comme la paternité sont abordés de façon singulière mais profonde. J’ai beaucoup aimé ses interrogations concernant son père et les ressentis de cette jeune femme, perdue au bout du monde ! Et qui, en quelle sorte, va se tester elle-même, à travers ses voyages…

[vc_text_separator title=”RESUME DE L’EDITEUR ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

La fille du froid

Trad. de l’anglais par Sophie Aslanides
Katherine Carlyle naît à la fin des années 1980 grâce à une fécondation in vitro. L’embryon a été congelé durant huit ans, avant d’être implanté dans le ventre de sa mère. Katherine grandit dans une famille aisée et aimante. Pourtant, les réminiscences de ces huit années restent profondément ancrées en elle.
Lorsque sa mère meurt d’un cancer, Katherine a dix-neuf ans et se retrouve isolée avec un père de plus en plus distant. Fantasque et libre d’esprit, elle semble toutefois mener une vie légère et séduisante, pleine de possibilités. Pourtant, quelques semaines avant d’entrer à l’université d’Oxford, Katherine disparaît sans un mot. Elle se lance alors dans un étrange voyage au bout du monde, se dirigeant toujours plus vers le froid. Katherine compte ainsi mettre à l’épreuve l’amour paternel, faire le deuil de sa mère et s’émanciper enfin.
Ce roman profond et émouvant offre une variation fascinante du mythe des origines. La Fille du froid s’annonce comme le chef-d’œuvre de Rupert Thomson.

Date de parution : le 10 mars 2016
Auteur : Rupert Thomson
Editeur : Denoël & d’Ailleurs 
Prix : 22,50 € (384 pages)
Acheter sur : Amazon

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here