Gueule d’ange, un film en équilibre instable entre excès et émotion

Gueule d'ange
Gueule d’ange, FIlm de Vanessa Filho, Copyright Mars Films

Gueule d’ange, un film en équilibre instable entre excès et émotion

Une mère de famille trop jeune et inconséquente pour assurer son rôle laisse sa jeune fille se débrouiller toute seule, avec le risque d’une mauvaise rencontre ou d’un accident. Gueule d’ange choisit délibérement l’outrance pour un résultat aussi agaçant que fascinant. Car l’héroïne Marlène interprétée par Marion Cotillard n’est rien de moins qu’une tête à claques, mais si crédible que le spectateur finit par y croire totalement, ce qui est, il faut bien l’avouer, une prouesse. Mais cette prouesse donne-t-il pour autant suffisamment de substance au film? Il y a débat.

Un film qui ne fait pas dans la demi-mesure

Gueule d’ange n’épargne rien au personnage de Marion Cotillard. En cagole portée sur l’ivresse de l’instant, tant éthylique que charnelle, elle agit sans jamais réfléchir ni mesurer la portée de ses actes. Et le spectateur s’émerveille devant la portée irréfléchie de ses tourments. Tromper son mari le soir de la réception de mariage, amener sa fille en boite de nuit, la laisser rentrer toute seule, des actes largement considérés comme condamnables sont monnaie courante pour Marlène. Elle ne voit d’ailleurs pas le problème. Et le spectateur a le choix entre se prendre la tête entre les mains ou s’émerveiller devant la facilité qu’a l’actrice à rendre son personnage crédible. Habituée des récompenses et des tapis rouges, la star casse son image avec ce rôle pas du tout valorisant. Déjà dans Deux jours, une nuit des frères Dardenne, elle était cette ouvrière prolo qui se battait pour garder son emploi. Ici, elle pousse le bouchon un petit peu plus loin en érigeant l’hédonisme futile au rang d’art. A ses côtés, la petite Elly constate les dégâts et hésite à suivre la même voie. La jeune Ayline Aksoy-Etaix est mignonne en diable et le spectateur ne peut que frémir quand elle empoigne une bouteille de whisky pour imiter sa mère. La lumière du sud accompagne cette plongée en enfer où un bon samaritain se prend d’affection pour la cadette en totale déshérence. Julio (Alban Lenoir) n’est pourtant pas le père mais ce rôle d’ange gardien lui apporte un intérêt dans une vie qui en a guère. Le film se suit comme un long chemin de croix pour une mère en roue libre et passionnée d’émissions de télé réalité et une jeune fille qui tente de se faire son éducation dans ce contexte trouble.

Gueule d’ange est une sorte d’expérience cinématographique, ardue et rêche mais pas sans intérêt. Il faut accepter de voir l’innocence cabossée d’une femme qui n’a ni l’éducation ni des facilités, ne disposant que de son corps pour survivre. Avec une petite fille à charge, le drame social devient tragédie grecque pour un moment de cinéma qui ne peut pas laisser indifférent.

SYNOPSIS ET INFOS

Gueule d'ange
Gueule d’ange

Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

Sortie : le 23 mai 2018
Durée : 1h48
Réalisateur : Vanessa Filho
Avec : Marion Cotillard, Ayline Aksoy-Etaix, Alban Lenoir
Genre : Drame

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Mise en scène
Réalisation
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

1 commentaire

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here