Riopy n’est pas un pianiste très connu dans nos contrées alors que sa renommée est déjà assez grande dans le monde anglo-saxon. Connu notamment pour avoir composé la musique des bandes annonces de The Danish Girl, Mr Turner et Jimmy’s Hall et avoir déjà publié des musiques au retentissement très large, il n’arrête jamais de composer très naturellement une musique qui parle au corps et à l’esprit. Il prépare déjà son retour derrière son clavier en solo comme toujours avec son album Bliss à paraitre le 2 juillet chez Warner Classics. Le morceau Sweet Dreams est déjà disponible, de quoi gouter les vertus apaisantes d’une musique au succès grandissant. Certains y voient même des vertus thérapeutiques, il ne s’en cache pas. De quoi passer un moment d’interview passionnant et bien trop vite passé, signe d’un grand moment d’échange.

Un pianiste révolutionnaire

Dans Bliss, le pianiste et compositeur Riopy reprend la recette qui a fait son succès, un jeu minimaliste entre musique répétitive et extrême sensibilité. Le pianiste français a déjà été écouté 200 millions de fois sur les plateformes de streaming. Sweet Dream pourrait bien n’être que le prélude à un encore grand succès à venir. D’autant que Riopy a déjà eu la chance de devenir un top vendeur dans les meilleures ventes classiques aux Etats-Unis, comme en attestent les chiffres du Billboard depuis plusieurs mois. Avec des performances remarquées dans le monde entier et notamment en Chine, Riopy se place maintenant aux côté d’Hans Zimmer et Philip Glass dans la galerie des têtes de proue de la musique classique contemporaine. Installé à Londres, le pianiste est à l’origine d’une musique très cinématographique et pourrait bien à l’avenir composer pour des bandes originales aussi modernes que poétiques. L’artiste se sert de ses clips pour dévoiler de nouveaux horizons, comme il l’a déjà fait avec Sky Opus Fire, Epiphany et La Vernatelle, avec toujours autant de sensibilité et sans artifices ni surproduction abusive. Les morceaux gardent une belle évidence que l’utilisation d’un piano Fazioli aide à garantir. La marque de piano italienne existe depuis 1981 et les artistes en raffolent. Pour ce nouvel album, Riopy s’est inspiré des héros discrets de la vie quotidienne avec un bel hommage sous forme de miniatures pour piano au calme toujours remarqué, de quoi s’insinuer profondément dans l’esprit de l’auditeur.

Un échange placé sous le signe de l’évidence

Le moment d’interview a beau avoir duré 45 minutes, il est véritablement passé dans un souffle. A la question de son apprentissage du piano sans être passé par la case enseignement académique formaté, la réponse a fusé comme un missile. Pas de carcan, une recherche personnelle placée sous le signe de la sensibilité et de l’émotion, pas de longues séances de solfège mais un apprentissage à la carte. De quoi deviner que Riopy n’est pas ce qu’on peut appeler un pianiste conventionnel. Il tient d’ailleurs à accorder son piano à sa guise, loin des standards habituels pour rechercher la musique la plus apaisante possible. Loin de n’être qu’une marotte, cette recherche découle d’une passion toute personnelle pour la dimension physique du piano, à travers les fréquences, les ondes et les effets produits sur l’auditeur. A la question de la composition, Jean-Philippe avoue être accompagné d’un transcripteur pour se décharger du poids de l’écriture. Il écrit, les airs lui viennent à l’esprit et il préfère se concentrer sur la recherche de nouveaux sillons musicaux. S’il écrit pour le cinéma, surtout dans des films centrés sur des personnages exigeants en recherche constante de dépassement d’eux-mêmes, il avoue préférer la méditation au visionnage de films, se concentrant sur des séances de rêves conscients contribuant à l’élévation de son inspiration et de son esprit. Son histoire personnelle pas facile lui a servi de tremplin pour se concentrer sur le positif sans laisser le négatif polluer son âme. La discussion est franche, cordiale, inspirante même, on sent un personnage en perpétuel mouvement, à se demander s’il se repose parfois tant son rythme de parole est à la limite du frénétique. Physique, musique, logique, cartésienne, son inspiration est multiple, de quoi se ruer au plus vite sur des disques non pas destinés à simplement divertir, mais à élever l’esprit.

La musique de Riopy se veut comme une parenthèse enchantée dans la vie quotidienne trépidante de beaucoup, de quoi se laisser aller avec délectation au recul en soi-même voire même à la méditation. Riopy est peut-être l’échappatoire idéale pour se retrouver et questionner son esprit.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici