J’ai perdu Albert, notre coup de coeur, sort au cinéma le 12 septembre

Didier Van Cauwelaert

J’ai perdu Albert, notre coup de coeur, sort au cinéma le 12 septembre !

Publik’Art est heureux de vous apprendre que le dernier roman fabuleux de Didier Van Cauwelaert (Albin Michel), J’ai perdu Albert, sort au cinéma le 12 septembre 2018. Le film met en vedette Stéphane Plaza, Julie Ferrier, Josiane Balasko et Bernard Le Coq. A ne rater sous aucun prétexte !

En attendant de le découvrir dans nos salles obscures, Publik’Art vous propose de redécouvrir sa chronique. J’ai perdu Albert est notre véritable coup de coeur !

Publik’Art est un très fidèle lecteur de Didier Van Cauwelaert, et en plus super fan ! Si J’ai perdu Albert n’a rien à voir avec Le retour de Jules, l’auteur reste tout de même dans le monde des super pouvoirs !

Un héros pas comme les autres

Il semblerait que Didier Van Cauwelaert croit aux transmissions de pensée. Et depuis toujours, il est passionné par les travaux d’Albert Einstein. Si le héros de son dernier roman est une femme, elle n’est pas ordinaire. En fait, c’est un médium, Chloé. La plus connue d’Europe ! Tous les grands de ce monde la sollicitent avant de prendre les décisions les plus capitales. Et pourquoi ? Parce que son cerveau est habité, depuis 25 ans par Albert Einstein qui lui souffle toutes les bonnes réponses puisqu’il connaît l’avenir de chacun.

Fond humoristique mais pas que…

Si l’histoire nous fait rire, on y adhère parfaitement. On devient Chloé ! On adore ce super pouvoir ! Et en même temps, on apprend les théories fondamentales d’Albert Einstein. Car en fait, l’auteur connaît tout de ce génie. Et le faire revivre sous forme d’esprit, n’est pas si anodin et futile que ça ! Le message de ce roman est capital et pourrait se résumer en une seule phrase écrite par Albert Einstein lui-même : « Le jour où les abeilles disparaîtront, l’homme n’aura plus que quatre années à vivre. » A nous d’y réfléchir…

Rien n’est dû au hasard

Si au premier abord, le scénario peut paraître fou, on termine J’ai perdu Albert, y compris les notes de l’auteur, beaucoup plus troublé. Fiction ou réalité ? On ne le saura pas mais ce qui est sûr c’est que l’auteur nous confie ses obsessions qui toutes, sont en rapport avec la science d’Einstein. On voyage à travers les théories scientifiques et tout simplement humaines. Un vrai coup de cœur encore une fois !

[vc_text_separator title=”RESUME DE L’EDITEUR ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

« Je suis la voyante la plus en vue du pays et, depuis hier midi, je ne vois plus rien. »

Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l’esprit qui hante Chloé l’a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d’un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d’autant que cet esprit qui s’est mis à le bombarder d’informations capitales et pressantes n’est autre qu’Albert Einstein…

Dans une comédie romantique haletante où la spiritualité s’attaque aux enjeux planétaires, Didier van Cauwelaert invente avec bonheur une nouvelle forme de triangle amoureux.

Date de parution : le 28 mars 2018
Auteur : Didier Van Cauwelaert
Editeur : Albin Michel
Prix : 19 € (217 pages)
Acheter sur : Amazon

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here