Jason Bourne en mode rinçage/essorage

Jason Bourne
Jason Bourne, film de Paul Greengrass, Jason Bourne

Jason Bourne en mode rinçage/essorage

Jason Bourne est de retour dans sa version Matt Damon pour un 4e épisode qui n’a plus rien de l’originalité et de la force de la trilogie originale. Les scènes rappellent métronomiquement les temps forts des films précédents sans jamais bousculer ou coller au siège. De l’action molle, beau paradoxe.

Souvenons-nous. Le premier volet de Matrix sorti en 1999 redéfinissait le film d’action aux yeux du grand public occidental. Pillant allègrement les productions sud-asiatiques, les frères Wachowski redéfinissaient une esthétique et un rythme qui allaient influencer tout le cinéma d’action pendant quelques années. Une violence bien présente mais stylisée, presqu’éludée, à la limite du cartoon. Puis arriva La mémoire dans la peau en 2002 et là, nouvelle révolution. Les coups de poing faisaient mal, la caméra devenait épileptique, le caméraman semblait embarquer dans un grand 8 pendant 2 heures sans pause ni repos, épuisant un public heureux et extatique.

Les 2 épisodes suivants allaient confirmer cette révolution qui, à l’instar de Matrix, allait se propager dans tout le cinéma d’action. Le héros amnésique à la recherche de son passé se bat comme un fou furieux, mouline comme un mathématicien et multiplie les coups d’avance sur des anciens patrons qui rêvent de le supprimer. Si nombreux sont ceux qui sortent de la salle avec un énorme mal de tête (voir cette scène de poursuite dans un métro moscovite avec une énorme musique techno), il faut se rendre à l’évidence. Le public adore, le box-office exulte, Matt Damon devient une star du box-office. Succès public, reconnaissance critique, la trilogie squatte depuis les chaines télé avec de récurrentes rediffusions qui réunissent immanquablement les foules. Car la trilogie Jason Bourne est un must du cinéma d’action.

Recyclage et vieilles formules

Puis vint ce 4e épisode avec Jeremy Renner. Pas vraiment mauvais mais le public voulait Matt Damon, un peu comme quand Roger Moore remplaça Sean Connery dans le rôle de James Bond. Les producteurs ont sorti le chéquier et rappelé Paul Greengrass à la réalisation et Matt Damon dans le rôle titre pour une suite tant attendue mais en mode mineur. Car le film n’apporte vraiment rien de nouveau, se contentant de recycler les vieilles formules. Pour qui n’a pas connu la trilogie originale au cinéma, le film apportera son lot de secousses. Mais pour les fans de la première heure, ce volet ressemble à une belle entourloupe. Coups de théâtre déjà vus, retournements téléphonés, dénouement attendu, le film est un copié/collé de la trilogie originale en un seul film. Et les nouveautés ne tiennent qu’à ses têtes qui intègrent le casting.

Maintenant, le film est-il d’une qualité suffisante? Certains le trouveront lassant, d’autres s’endormiront et certains applaudiront. Tout dépend du vécu personnel et du recul sur ce monument du cinéma d’action. Mais tout le monde n’applaudira pas à l’unisson, c’est sûr…

[vc_text_separator title=”SYNOPSIS ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]
Jason Bourne
Jason Bourne

La traque de Jason Bourne par les services secrets américains se poursuit. Des îles Canaries à Londres en passant par Las Vegas…

Sortie : le 10 août 2016
Durée : 2h04
Réalisateur : Paul Greengrass
Avec :  Matt Damon, Alicia Vikander, Tommy Lee Jones
Genre : Action, Thriller

 

 

[vc_text_separator title=”BANDE ANNONCE” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Note
Originalité
Mise en scène
Réalisation
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here