La tête sous l’eau, un récit dur d’Olivier Adam (Robert Laffont)

La tête sous l’eau, un récit dur d’Olivier Adam (Robert Laffont)

Scénariste, romancier pour adultes mais aussi adolescents, Olivier Adam a une bibliographie hétéroclite. Révélé par Je vais bien, ne t’en fais pas, paru en 2000, l’auteur a vu plusieurs de ses films adaptés au grand écran. Distingué par des prix prestigieux ainsi que par la presse, la réputation d’Olivier Adam n’est plus à faire.

Une famille brisée

Dans La tête sous l’eau, Antoine prête sa voix à un récit unique, bouleversant. Telles des vagues émotionnelles, l’intrigue entraîne le lecteur jusqu’à la dernière page d’un roman dont personne ne peut sortir indemne. Il y raconte l’histoire de sa famille, qui a pris un tournant le jour où Léa, la grande sœur d’Antoine, a disparu à la sortie d’un concert. Depuis, aucune nouvelle, la police n’a aucune piste et les mois passent, la famille se craquelle un peu plus chaque jour. Chacun gère la situation comme il le peut, entre impuissance et sentiment de culpabilité. Les « Et si ? » envahissent les pensées des personnages, qui se demandent quel paramètre aurait pu tout empêcher. Antoine et ses parents réagissent tous différemment. Tandis que son père se jette à corps perdu dans le travail et se réfugie dans l’alcool, sa mère ressent le besoin de tout ressasser, tout contrôler pour comprendre, alors qu’Antoine évolue dans un brouillard étourdissant qui l’entraîne jour après jour, sans qu’il ne vive vraiment.

Une nouvelle épreuve

Quand Léa est retrouvée, sa famille pense que le moment est enfin venu de sortir la tête de l’eau et reprendre leurs vies là où elles s’étaient arrêtées, quelques mois plus tôt. Mais Léa a vécu un traumatisme et refuse d’en parler, laissant ses parents et son frère imaginer le pire, la police sans indice et les psychologues ignorent comment l’aider, si ce n’est ne lui laissant du temps. Du temps, encore du temps. Un véritable calvaire pour Antoine, pour qui il est impossible de faire semblant que tout est comme avant. Lui n’a qu’une seule hâte, retrouver sa sœur telle qu’il l’a connaissait et enfin faire un trait sur toute cette histoire, qui a brisé sa famille.

La reconstruction

Léa doit apprendre à se reconstruire, une épreuve lente et douloureuse, pour elle comme pour son entourage. La culpabilité et la peur forment son quotidien, tant de sentiments avec lesquels elle doit apprendre à vivre. Pour aider le lecteur à retracer les événements qui ont mené à cette nuit tragique, intercalés entre les chapitres, nous avons accès aux mails qu’envoie Léa, à un destinataire inconnu. Petit à petit, ces mails retracent l’état d’esprit de Léa avant sa disparition, jusqu’à reconstituer un puzzle aux nombreuses pièces.

La plume d’Olivier Adam n’est pas seulement bouleversante, elle est à couper le souffle. Immédiatement, la lutte d’Antoine devient celle du lecteur, qui partage avec lui la reconstruction de sa famille. La tête sous l’eau est un texte fort, qui donne l’impression d’une baignade en mer agitée : le lecteur se bat pour rester à la surface jusqu’à ce qu’une vague trop grande pour être évitée l’ensevelisse. S’ensuit une bataille pour tenter, à tout prix, de sortir la tête de l’eau pour, enfin, respirer.

Page de l’éditeur :

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.

Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »

Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé.

Date de parution : le 23 août 2018
Auteur : Olivier Adam
Editeur : Robert Laffont, Collection R
Prix : 16 € (224 pages)
Acheter : Amazon

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Elisa Houot
Elisa n'a que 18 ans mais écrit déjà depuis longtemps ! Pour le moment, elle se perfectionne en études de langues. Elle a déjà écrit des nouvelles et tient aussi un blog de lecture (https://hopebookine.wordpress.com/). Bref, ses passions : lire et écrire !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here