La troisième guerre, un film sur un destin de militaire en temps de paix, dans les salles le 22 septembre

La Troisième Guerre est le premier film du réalisateur Giovanni Aloi. Il a la chance de disposer d’un casting de premier plan avec la star Leila Bekthi, le souvent excellent Karim Leklou et la valeur montante Anthony Bajon. La Troisième Guerre est ce conflit invisible qui se déroule dans notre pays entre les forces militaires du dispositif Sentinelle et la menace terroriste pas si invisible que ça comme l’ont montré les évènements de 2015 au Bataclan. Le déploiement de militaires dans les rues est illustré avec l’arrivée d’une nouvelle recrue de l’armée dans un régiment. Point de départ d’une glissade dans l’esprit d’un jeune homme tourmenté.

L’armée en vrai

Le réalisateur s’appesantit sur le quotidien fastidieux et répétitif de soldats déployés au cœur des grandes villes pour rassurer la population et empêcher des actions terroristes. Loin des films d’action américains, La Troisième Guerre évite toute escalade inutile ni pétarades gratuites. Ceux qui s’attendent à un documentaire ou à un film de guerre seront surpris de voir le parti pris ultra réaliste du réalisateur Giovanni Aloi. Il privilégie la vie terne et sans ampleur d’une caserne où les militaires doivent bien passer le temps pour se remettre de l’inaction quotidienne faite de longues marches passées le doigt sur la détente. Les militaires déambulent, l’œil aux aguets, inventant des menaces dans des éléments infimes observés de ci-de là. La psychologie des ces hommes et de ces femmes est abordée à travers des destins particuliers. Le soldat Leila Bekthi veut réussir à grimper les échelons mais se sent amoindrie par une grossesse pas vraiment désirée. Le soldat Anthony Bajon évolue dans une incompréhension totale des enjeux, souhaitant se substituer à la police pour maintenir l’ordre mais ne le pouvant pas dans une frustration grandissante. Au final, en l’absence quasi complète d’action, le film souffre de longueurs voulues mais qui mettent à rude épreuve l’attention du spectateur. La tension est souvent basse et il faut des numéros de tchatche de soldats souvent venus de banlieue pour esquisser quelques sourires. Il faut attendre les 20 dernières minutes pour trouver des liens plus parlants avec ce que montre la télévision tous les jours. Des manifestations de gilets jaunes pleines de tension, un soldat qui dérape et toute une logique remise en cause.

La menace n’est pas forcément à l’extérieur mais en soi-même, c’est ce que semble suggérer le réalisateur avec ce film atypique, loins des clichés et plongé dans un quotidien lancinant.

Synopsis: Léo vient juste de terminer ses classes à l’armée et pour sa première affectation, il écope d’une mission Sentinelle. Le voilà arpentant les rues de la capitale, sans rien à faire sinon rester à l’affût d’une éventuelle menace…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici