Gérard de Cortanze

Laisse tomber les filles, un livre passionnant sur les années 60 (Albin Michel)

Gérard de Cortanze a choisi les années 60 pour son dernier livre Laisse tomber les filles. Si le titre est léger, le livre ne l’est pas.

Années 60 et la période yéyé

On suit l’histoire de quatre adolescents de 1963 à 2015. Soit à partir de leurs quinze ans. Ce retour en arrière est fabuleux ! Plein de petits détails de la vie quotidienne de cette époque nous ravisent. En découvrant toutes ces particularités, on a l’impression qu’on était à la préhistoire en 1963 ! Émergence de la télévision, en noir et blanc, réservée à une toute petite partie de la population, mode vestimentaire avec l’arrivée de la mini-jupe, évolution des mœurs avec la pilule… L’évolution de la femme démarre dans les années 60… Et Gérard de Cortanze en parle merveilleusement à travers son héroïne, Michèle. Les trois meilleurs amis sont tous amoureux d’elle. Il faut dire qu’elle est jolie, bien dans son corps, toujours contente et un brin féministe. L’histoire est sans cesse bercée par la musique de son époque. France Gall, Johnny Halliday, Les Beatles, les Rolling Stones, un nombre impressionnant de grands chanteurs avec leurs chansons phares prennent toute leur place au cœur du roman, grâce à François, complètement passionné de rock. Antoine, lui, est passionné par la politique. Quant à Lorenzo, c’est un passionné de cinéma et de littérature, et en même temps champion du 800m. Un pur intellectuel, sportif… Michèle vit une histoire d’amour avec chacun d’eux, secrètement et conjointement !

Mai 1968 au moment du Bac

Et puis, arrive 1968. Même si ce sont tous des banlieusards, ils vont s’arranger pour être présents lors des manifestations… Chacun manifeste à sa façon ! On revit les terribles affrontements de 68, les rêves des étudiants et les vagues de protestation et de violence qui ont duré plusieurs semaines. Tout ça pour ça, a-t-on envie de dire…
Et puis, on va surtout s’intéresser à Michèle. A sa façon de vivre, à ses amours. C’est une femme libérée qui ne supporte pas de se sentir prisonnière. Incapable de se fixer longtemps avec la même personne et encore moins de ” sacrifier ” sa vie à l’éducation d’un enfant. Une femme moderne ?

Années jusqu’à 2015

Laisse tomber les filles reste un roman original car son histoire est peu commune et reflète merveilleusement les années 60. Même si les ” mousquetaires ” vieillissent et connaissent les attentats de janvier 2015, leurs meilleures années restent celles de leur adolescence. Ils en parlent, à l’approche de leur soixantaine, avec beaucoup de nostalgie. Si au moment de l’adolescence, les jeunes n’ont pas la conscience de vivre une période unique, elle le devient au fil des années !

Gérard de Cortanze a réalisé un livre vraiment passionnant qu’il faut lire en écoutant sa bande originale composée de 98 titres, 3 CD des plus gros succès des années Yéyé ! A acheter ici !
Un vrai moment de bonheur !

[vc_text_separator title=”RESUME DE L’EDITEUR ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Le 22 juin 1963 à Paris, quatre adolescents assistent, place de la Nation, au concert donné à l’occasion du premier anniversaire de Salut les copains. Trois garçons : François, rocker au coeur tendre, tenté par les substances hallucinogènes ; Antoine, fils d’ouvrier qui ne jure que par Jean Ferrat ; Lorenzo, l’intellectuel, fou de cinéma et champion de 800 mètres.
Une fille : Michèle, dont tous trois sont amoureux, fée clochette merveilleuse, pourvoyeuse de rêve et féministe en herbe.
Commencé au coeur des Trente Glorieuses et se clôturant sur la « marche républicaine » du 11 janvier 2015, ce livre pétri d’humanité, virevoltant, joyeux, raconte, au son des guitares et sur des pas de twist, l’histoire de ces baby-boomers devenus soixante-huitards, fougueux, idéalistes, refusant de se résigner au monde tel qu’il est, et convaincus qu’ils pouvaient le rendre meilleur.

Date de parution : le 3 janvier 2018
Auteur : Gérard de Cortanze
Editeur : Albin Michel
Prix : 22,50 € (438 pages)
Acheter sur : Amazon

 

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici