The Volunteered Slaves continuent leurs aventures en explorant l’espace avec un son mêlé d’instruments traditionnels et de tonalités electro vintage faisant parfois penser au Rock progressif comme sur le titre SpaceShipOne, type Kraftwerk. Le résultat est addictif, preuve de leur virtuosité et de leur sens aigu de la mélodie teintée de lyrisme. SpaceShipOne est un album à découvrir pour les fans de jazz, mais pas seulement.

Une belle aventure musicale

C’est durant le Festival de Jazz de Marciac en 2002 que le groupe de musiciens a choisi de se réunir dans une entité commune. Olivier Temime aux saxophones, Emmanuel Duprey au piano Rhodes et synthétiseurs, Akim Bournane à la basse et Julien Charlet à la batterie ont franchi le cap. L’organiste Emmanuel Bex les a rejoints en 2017 pour un son toujours plus étoffé. SpaceShipOne se veut un album aventureux pour une musique plus spatiale, jusqu’à rappeler quelques illustres groupes de rock progressif des années 70, krautrock allemand comme Can ou plus purement progressif comme King Crimson. Le premier extrait SpaceShipOne laisse le saxo en liberté pour des envolées free qui font plaisir à entendre. Ce 5e opus est une très belle surprise. Les improvisations cassent les codes et dépassent les chapelles pour des références parfois jazz, ou funk, ou rock progressif ou afro. Leurs albums Streetwise, Breakfast in Babylone, The Day After et Ripcord n’hésitaient pas à multiplier les ambiances planantes et c’est en live que leur musique prend sa pleine mesure avec des participants qui se laissent parfois aller à se trémousser sur la piste de danse. SpaceShipOne se veut encore plus aérien, presque éthéré avec des synthés qui se la jouent électro et ouvrent les perspectives très dans l’air du temps. L’enregistrement a débuté en mars 2020 et l’album serait paru plus tôt sans le contexte sanitaire que l’on connait tous. L’album sort finalement le 31 août 2021, enfin. Les singles Astronaef et 24 ont montré la voie, avec des sonorités de satellite spatial sur 24 accompagnant un sax et une basse très remuantes. Astronaef suit la même voix planante, l’ambiance dans une salle de concert doit être très cérébrale avec des rythmiques là aussi très entrainantes jouées au synthé et à la basse.

Leur nouvel album est une très belle découverte qui appelle à une réécoute attentive de leurs 4 premiers albums pour se plonger dans une musique enivrante qui fera chavirer plus d’un esprit. SpaceShipOne sort le 31 aout et pourrait connaitre une belle renommée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici