Karinthy_Couv750

Date de sortie : le 23 janvier 2014

Auteurs :  Jörg Ulbert et Jörg Mailliet

Prix : 22 €

Le Théorème de Karinthy est un album one shot allemand dans le Berlin-Ouest des années 80. Une BD à mi-chemin entre le polar et le documentaire qui offre une immersion dans le background terroriste de l’époque, où la lutte armée était le premier moyen utilisé par les idéologistes locaux pour faire entendre leur voix. Une immersion froide et intense dont on se demande si elle ne va pas se renfermer comme un piège pour l’un des protagonistes : un policier infiltré….

Résumé de l’éditeur :

Berlin-Ouest 1981. Dans une ville marquée par les contre-cultures et la guerre froide, les trajectoires d’un policier et d’un terroriste s’entrecroisent. Le premier a pour mission de revivre la vie de l’autre pour retrouver sa trace et l’arrêter. Le second prépare un enlèvement qu’il espère plus mobilisateur que ses précédentes actions.

Théorème de Karinthy, également appelé « Les six degrés de la séparation » : modélisation des relations humaines établie par le Hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938). Tout individu sur Terre serait relié à n’importe quel autre par une chaîne de connaissances personnelles composée tout au plus de cinq maillons.

Au début des années 1980, la police fédérale allemande se sert de ce théorème pour retrouver la trace de terroristes vivant depuis des années dans la clandestinité.Karinthy_Ext750

Le scénario est implacable, comme les destins qu’il met en scène. L’histoire est volontairement découpée. Huit chapitres. Comme autant d’étapes qui n’admettent aucun retour en arrière jusqu’à l’épilogue. La narration adopte un point de vue subjectif, ce qui exacerbe le côté anxiogène du polar. Nous sommes ce flic. Et on se perd à flirter avec la ligne jaune. Jusqu’où aller pour remonter la piste du grand terroriste du réseau voisin ? Commettre des attentats à son compte ? On assiste à une lente descente aux enfers dans des réseaux terroristes plus ou moins organisés et toujours anarchistes.  Un récit de qualité qui sait faire l’illusion du réel.[pull_quote_left]Un récit de qualité qui sait faire l’illusion du réel.[/pull_quote_left]

Le tout agrémenté de dessins tout en sobriété, aux traits libres et irréguliers. Naturels. Parfaitement adaptés au style d’écriture, avec un découpage qui joue pour beaucoup dans la construction du récit. Une force complémentaire évidente.

Le Théorème de Karinthy se révèle être un polar surprenant, où le lecteur est pris au jeu qu’il le veuille ou non !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici