Les innocentes : le récit sensible et pudique du film émeut

Les innocentes
Les Innocentes : Photo Lou de Laâge © MANDARIN CINEMA – AEROPLAN FILM – MARS FILMS / ANNA WLOCH

Les innocentes : le récit sensible et pudique du film émeut

Décembre 1945. Une infirmière française de la croix rouge se retrouve immergée dans l’environnement confiné et ordonné d’un couvent polonais. Tandis que des accouchements s’accumulent dans le lieu de prière, elle va percevoir la dure réalité de la guerre et combattre les règles strictes de l’ordre religieux. Le film relate une histoire véridique, petite histoire dans un grand conflit. Les Innocentes est une belle histoire de femmes à la sensibilité déchirante.

Anne Fontaine aime filmer les femmes, toutes les femmes. Fortes, faibles, résolues ou en quête de sens, elles la passionnent et hantent ses longs métrages avec bonheur. Perfect Mothers ou Coco avant Chanel montraient le combat pour la survie et l’affirmation de soi. D’autres comédies plus légères comme Gemma Bovary ou Mon pire cauchemar attaquaient des versants plus burlesques. Les Innocentes ravive le souvenir d’une tragédie hélas que trop ordinaire en temps de guerre, sans pathos mais pas sans sentiments. Le récit du viol collectif de religieuses polonaises par l’armée d’invasion russe se transmet de génération en génération, comme un témoignage vibrant des horreurs de la guerre. Anne Fontaine l’exhume et introduit un point de vue différent, ne provenant ni des populations locales ni des religieuses.

Les moments de grâce abondent dans un récit taiseux et délicat

Lou de Laâge interprète cette infirmière appelée à l’aide pour faire accoucher les religieuses. Contrainte au secret pour préserver leur réputation et organiser son planning quotidien, elle se prend d’affection pour ces femmes meurtries dans leur chair. Courtisée par un médecin interprété par le toujours débonnaire Vincent Macaigne, elle mène de front sa mission médicale tout en s’immisçant émotionnellement dans le monde confiné du couvent. Anne Fontaine aborde des sujets universels dans leurs dimensions individuelles. La question du choix revient incessamment, le choix de la vie religieuse, le choix de respecter la conception familiale communiste, le choix d’aider les juifs pendant la seconde guerre mondiale. Les discussions entre les personnages relativisent très vite le dogme de choix qui n’en sont pas toujours. Le poids de la communauté ou des circonstances pèse parfois plus que la volonté individuelle.

Le parcours des personnages suit des chemins tortueux. Reste toujours cette ambition supérieure de faire le bien, récompense suprême de ce film où les embuches abondent pourtant. La structure rigide du couvent, l’ombre inquiétante de l’occupant russe, tout concourt à obscurcir l’horizon. Reste cette flamme intérieure qui brûle dans le coeur de ces femmes sur lesquelles l’adversité s’acharne. Anne Fontaine choisit une omniprésente pudeur pour rester à la bonne distance d’un récit que l’histoire n’a pas fait disparaitre comme pour assurer une souhaitable absolution. Les moments de grâce abondent dans un récit taiseux et délicat. Loin d’être longuet, le film installe une atmosphère et prend son temps pour développer la nécessaire complexité des personnages.

Un film dans la plus noble acceptation du terme. Emotion du récit, empathie avec les personnages, une pépite comme le cinéma sait en produire. Pas d’effets superfétatoires, juste des acteurs qui touchent et bouleversent. C’est beau.

[vc_text_separator title=”SYNOPSIS ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]


Les innocentesPologne, décembre 1945.
Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise.
D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher.
Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser…
C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie.

Sortie : le 10 février 2016
Durée : 1h55
Réalisateur : Anne Fontaine
Avec : Lou de Laâge, Vincent Macaigne, Agata Buzek.
Genre : Drame, historique

[vc_text_separator title=”BANDE ANNONCE” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Note
Originalité
Scénario
Réalisation
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

3 COMMENTAIRES

  1. Les innocentes, un très beau film de femmes, réalisé par une femme et inspirée d’une histoire, hélas, vraie. Très belle chronique qui dévoile la profondeur du film, souvent lent et silencieux, en rapport avec le lourd secret qu’elles portent toutes, mais jamais ennuyeux. Une atmosphère, une ambiance, une communion, des souffrances, des doutes, font de ce film un moment très marquant pour chacun d’entre nous. Et des acteurs très vrais, et surtout très simples. Un film à voir, assurément !

  2. Et écrit par deux Jeunes femmes…..Sabrina Karine et Alice Vial…
    Tres belle critique…

    http://www.legroupeouest.com/sortie-en-salles-des-innocentes-groupe-ouest-2011

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here