Les victorieuses, le second roman, excellent de Laetitia Colombani (Grasset)

Les victorieuses, le second roman, excellent de Laetitia Colombani (Grasset)

Tout le monde connaît La Tresse, ce prodigieux roman qui a été vendu partout dans le monde et qui va être adapté au cinéma par son auteur, Laetitia Colombani ! Et Les victorieuses est son second roman. Un roman tout aussi plein de trésors !

La femme au cœur du livre

Laetitia Colombani écrit toujours autour de la femme. Mais jamais des femmes ordinaires. Des femmes qui ont une histoire. Cette fois-ci, l’auteur nous dévoile la vie de deux femmes de deux siècles différents. On les découvre, à tour de rôle et on comprend très vite le lien qui les unit. La découverte de la misère des femmes.

Portrait de Blanche Peyron

Blanche Peyron(1867-1933) est une femme que personne ne connaît ! Et pourtant, c’est elle qui a ouvert le Palais de la femme, en 1926. Blanche, à 17 ans, s’est engagée dans l’Armée du salut et depuis a consacré toute sa vie aux pauvres, aidée et soutenue par son mari. Elle n’avait qu’une obsession : sortir de la misère et de la rue, les femmes, leur offrir un endroit décent où dormir et pouvoir se nourrir et nourrir leurs enfants. Une vie de Sainte ! L’Abbé Pierre au féminin !

Portrait de Solène

Solène est une jeune femme brillante. Avocat fiscaliste. Guère de temps pour elle. Elle travaille dans un grand cabinet parisien et se fait peu à peu bouffer par son métier. Son compagnon est aussi avocat. Sans l’avoir vu venir, il la quitte pour une autre femme plus disponible. Un jour, un client de Solène perd son procès et se jette du sixième étage. C’est le burn-out. Solène ne peut plus travailler. Son psychiatre lui propose de faire du bénévolat. Elle devient « écrivain public ». On l’envoie au Palais de la femme où elle découvre un tout autre monde ! Celui de la vraie misère. Et des Victorieuses !

Les victorieuses est un livre qui met en avant la femme, dans toute sa beauté et sa fragilité. Un autre regard sur la misère du XIX siècle mais aussi d’aujourd’hui, hélas ! L’écriture de Laetitia Colombani est aussi légère qu’une plume tout en ayant la profondeur du cristal.

À 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate : ses rêves, ses amis, ses amours. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out.
Pour l’aider à reprendre pied, son médecin lui conseille de se tourner vers le bénévolat. Peu convaincue, Solène tombe sur une petite annonce qui éveille sa curiosité : « cherche volontaire pour mission d’écrivain public ». Elle décide d’y répondre.
Envoyée dans un foyer pour femmes en difficulté, elle ne tarde pas à déchanter. Dans le vaste Palais de la Femme, elle a du mal à trouver ses marques. Les résidentes se montrent distantes, méfiantes, insaisissables. A la faveur d’une tasse de thé, d’une lettre à la Reine Elizabeth ou d’un cours de zumba, Solène découvre des personnalités singulières, venues du monde entier. Auprès de Binta, Sumeya, Cynthia, Iris, Salma, Viviane, La Renée et les autres, elle va peu à peu gagner sa place, et se révéler étonnamment vivante. Elle va aussi comprendre le sens de sa vocation : l’écriture.

Près d’un siècle plus tôt, Blanche Peyron a un combat. Cheffe de l’Armée du Salut en France, elle rêve d’offrir un toit à toutes les exclues de la société. Elle se lance dans un projet fou : leur construire un Palais.


Le Palais de la Femme existe. Laetitia Colombani nous invite à y entrer pour découvrir ses habitantes, leurs drames et leur misère, mais aussi leurs passions, leur puissance de vie, leur générosité.

Date de parution : le 15 mai 2019
Auteur : Laetitia Colombani
Editeur : Grasset
Prix : 18 € (224 pages)
Acheter sur : Amazon

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here