En exclusivité sur le Vidéo Club Carlotta Films du vendredi 14 au mardi 18 mai inclus, L’Incompris de Luigi Comencini (La StoriaUn enfant de Calabre) est visible pour un film puissant sur l’enfance et ses blessures. Le ton d’une justesse bien particulière accompagne ce portrait de deux frères qui doivent affronter la tragédie du deuil dès leur plus jeune âge. Moments de pure joie et de pesanteur se succèdent pour un résultat proche du classique, entre le néoréalisme de Vittorio de Sica (Le Voleur de bicyclette) et l’impétuosité de Maurice Pialat (L’Enfance nue).

Un film italien inoubliable

Luigi Comencini a su trouver dans sa caméra le ton juste pour évoquer la complexité de l’enfance. Dès son premier court-métrage où il suit des enfants dans une ville en 1946 (Bambini in citta), il fait apparaitre un style qui va être creusé petit à petit avec ses adaptations de classiques de la littérature enfantine, en 1953 avec Heidi et Les Aventures de Pinocchio en 1972. Si on ajoute en plus la biographie de Casanova dénommée L’Enfance, la vocation, et les premières expériences de Giacomo Casanova le vénitien et sa vaste enquête réalisée pour la RAI en 1970 Les Enfants et nous, le réalisateur italien a fait voir la complexité et la pureté de cet âge si particulier. L’incompris montre l’âge où l’innocence laisse place à une vision du monde faite de normes et de limites, les premiers pas d’une vie d’adulte en devenir. En cachant au plus jeune le décès de sa mère, son frère et le paternel entretiennent une illusion que la prise de conscience de la trahison va faire voler en éclats. Les différents niveaux de réalité se télescopent entre acceptation du deuil et confrontation aux mensonges soigneusement échafaudés. L’ainé est impétueux autant que casse-cou, le cadet plus suiveur et malingre. En protégeant soigneusement son plus petit, et croyant ainsi bien faire, le père sème les graines de la révolte dans l’esprit du plus grand, précipitant le nouveau drame à venir. La fin du film est triste comme la nuit, impossible de ne pas fondre devant un dénouement aussi tragique. Tout en italien, le film se regarde avec plaisir au rythme des sous-titres qui permettent d comprendre une intrigue au plus près d’une enfance déchirée.

La mise à disposition de L’Incompris dans le Vidéo Club Carlotta film est l’occasion de découvrir un film pas si facile à trouver et dont le visionnage laissera une trace indélébile dans l’esprit du spectateur.

Synopsis: Sir John Edward Duncombe, consul de Grande-Bretagne à Florence, regagne sa villa après l’enterrement de sa femme. Accablé de chagrin, il retrouve ses deux fils, Andrea, 10 ans, et Milo, 6 ans. Il ne confie la vérité qu’à l’aîné, qu’il considère comme assez mûr, mais dont l’apparente indifférence le blesse. Petit à petit, Duncombe reporte toute sa tendresse sur le petit Milo. Andrea assiste, silencieux, à l’éloignement de son père. L’oncle Will vient passer quelques jours à la villa. Le vieil homme comprend la douleur et la fierté secrète d’Andrea et invite son frère à se rapprocher de son fils aîné. Le consul projette alors d’emmener Andrea en voyage à Rome. L’enfant est ravi…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici