Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu (éditions La Boîte à Bulles)

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu, BD de Clément Baloup et Pierre Daum, Editions La Boîte à Bulles

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu (éditions La Boîte à Bulles)

La Boîte à Bulles publie une BD enquête surprenante sur ces milliers d’indochinois immigrés de force en France entre 1939 et le début des années 40. En 2004, le journaliste Pierre Daum découvre par hasard une histoire complètement oubliée de ses contemporains et mène l’enquête pour connaitre l’ampleur de ce scandale colonialiste. La bande dessinée Immigrés de force rend compte grâce au dessin si caractéristique de Clément Baloup des témoignages minutieusement recueillis dans 56 pages qui démontrent une fois de plus la capacité d’oubli des êtres humains quand la vérité est trop dérangeante pour être entretenue et propagée.

Une histoire inconnue

Le point de départ de l’enquête de Pierre Daum est totalement fortuit. Parti couvrir le conflit provoqué par la fermeture imminente de l’usine Lustucru d’Arles, son regard est subrepticement attiré par une photographie montrant ce qui ressemble à un asiatique en train de recueillir du riz dans une rizière de Camargue. Posée sur Musée du riz, la photo l’interpelle. De fil en aiguille, c’est tout un pan oublié de l’histoire qui se fait jour. Et pour corroborer ses doutes, il a besoin de témoins, de moins en moins nombreux compte tenu du temps qui passe. Un premier témoignage lève le voile sur une vérité cachée depuis plus de 60 ans. La France colonialiste occupante de l’Indochine devenue depuis le Vietnam a volontairement organisé la déportation forcée de plus de 20 000 vietnamiens pour approvisionner les usines françaises en main d’oeuvre servile et gratuite. Déportés de force, arrachés à leur famille et exilés loin de leur pays, ces pauvres hères ont du s’échiner dans des emplois manuels harassants et, pour beaucoup, refaire leur vie dans un pays inconnu à tendance raciste. Clément Baloup a mis en bulles l’histoire dénichée par le journaliste pour un nouveau tome des Mémoire du Viet Kieu qui subjugue tout du long.

La mémoire oubliée

Pierre Daum remarque bien vite que les témoignages recueillis entre France et Vietnam émergent d’un long oubli volontaire, les victimes de la déportation préférant souvent passer sous silence cette période ingrate de leur vie. La démarche de Pierre Daum a permis d’exhumer une mémoire oubliée tout en pointant du doigt les contradictions du pays des droits de l’homme. Car la France elle-même a préféré taire cet aspect peu reluisant de son histoire colonialiste tandis que les descendants d’exploitants agricoles ou industriels ne tiennent pas à voir leurs ancêtres taxés d’esclavagistes. La démarche exploitante n’est pas nouvelle, il est même à considérer qu’elle doit exister un peu partout dans le monde de nos jours. Mais là où les exploités acceptent souvent des conditions de travail iniques contre des salaires de misères, les indochinois déportés avaient été, pour leur très grade majorité, enlevés manu militari par la puissance occupante. Les surprises s’accumulent pages après pages et donnent à la bande dessinée des accents de pénitence à un pays qui a commis ce qui se rapproche de crimes passés sous silence.

Le récit de Clément Baloup et Pierre Daum se dévore avec un impact immédiat sur le lecteur. L’adage dit que ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire; Après la défaite de Dien Bien Phu en 1954, c’est à une amnésie collective que s’est astreinte la France. Cette bande dessinée contribue à rétablir une vérité oubliée pour retrouver la mémoire.

RESUME DE L'EDITEUR, INFOS ET PLANCHES DE L'ALBUM

Mars 2004, Camargue. Alors qu’il couvre le conflit provoqué par la fermeture annoncée de l’usine Lustucru d’Arles, Pierre Daum, journaliste, découvre que cette usine ne fabrique pas seulement des pâtes : elle conditionne également le riz cultivé par des producteurs locaux. Il décide alors de se renseigner sur les conséquences de cette fermeture pour ces petits producteurs. A l’occasion de ses recherches, il visite un Musée du riz où certaines photos l’interpellent : des Vietnamiens seraient venus planter du riz en Camargue pendant la Seconde Guerre Mondiale ? Pourquoi ce fait est-il si peu connu ? Il entame alors une enquête minutieuse pour retrouver des témoins de cette époque, susceptibles de lui en dire davantage. Il découvre que 20.000 travailleurs indochinois ont été forcés dans les années 1940 à venir travailler en métropole pour “participer à l’effort de guerre”… Une enquête prenante entre deux continents, qui s’attache à un pan volontairement oublié de l’Histoire. Un Hors Série émouvant et sensible des Mémoires de Viet-Kieu.

Date de parution : Septembre 2017
Scénariste(s) : Clément Baloup, Pierre Daum
Dessinateur(s) : Clément Baloup
Genre : Historique

Editeur : La Boîte à Bulles
Prix : 14 € (56 pages)
Acheter sur : Amazon BDFugue

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu

Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu
Les Linh Tho, immigrés de force, Mémoires de Viet Kieu

Note
Originalité
Dessin
Scénario
Plaisir de la lecture
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here