L’insulte, un film troublant sur les arcanes cachées de la haine

L'insulte
L’insulte, Film de Ziad Doueiri, Copyright Diaphana Distribution

L’insulte, un film troublant sur les arcanes cachées de la haine

D’une situation conflictuelle mais anecdotique entre deux hommes aux caractères peu commodes, le film L’insulte dévie vers un tableau sans concessions du Liban contemporain. Pays encore récemment en guerre et aux blessures jamais complètement refermées, le Liban accueille une proportion importante de réfugiés palestiniens qui génèrent encore beaucoup de crispations dans des communautés qui vivent ensemble sans forcément s’apprécier. La caméra de Ziad Doueiri s’attache à complexifier à dessein la situation à partir d’une base ultra caricaturale pour détricoter savamment le contexte et les tensions cachées. Un vrai travail d’orfèvre.

Un fait divers lourd de sens

Le film débute comme une énième fiction sur les avanies du quotidien. Un ouvrier palestinien se prend sur le cou de l’eau s’échappant d’une gouttière au dessus de lui. En levant la tête, il aperçoit un homme en train d’arroser sa terrasse. La gouttière n’est pas règlementaire, l’ouvrier consciencieux décide de proposer ses services au quidam pour la lui réparer gratuitement. Devant son refus plutôt hostile de le laisser entrer chez lui, l’ouvrier met en oeuvre une réparation rapide pour mettre la gouttière aux normes. Sans rien demander, il la découpe et la remplace par un système de raccordement au dispositif d’évacuation de l’immeuble, mais le quidam s’énerve et casse tout rageusement au marteau, invectivant vertement l’ouvrier qui l’insulte alors. Cette insulte triviale va devenir un noeud de friction entre les deux hommes et la situation va s’envenimer jusqu’à aboutir à un procès retentissant qui fera s’embraser les différentes communautés du pays. Continuer à résumer l’intrigue ne rendrait pas parfaitement justice à un film qui s’échine à brouiller les pistes sous une épaisse couche de préjugés et de silences pesants. Mais les deux acteurs principaux multiplient savamment les regards en coin et les attitudes belliqueuses pour entretenir le flou et tenir le spectateur en haleine tout du long. Car en plus d’être très bien ficelée, l’histoire tourne tout le monde en bourrique avec des retournements inopinés et des basculements d’opinion. Car comme nous l’apprend le film, il n’y a pas de coupables, juste des blessés de la vie qui continuent de vivre avec le poids de blessures cachées qui n’attendent qu’une étincelle pour exploser. L’insulte se suit à la fois comme un thriller et un western dans son ambiance de poudrière moyen orientale au carrefour des inimités et des rivalités. Entre Israel et la Syrie, avec l’Iran et l’Arabie Saoudite pas loin, le Liban est un petit pays forcément instable. Et quand le film se finit sur une note d’espoir avec une justice à l’écoute des susceptibilités et désireuses de maintenir la paix sociale, le spectateur ne peut que respirer.

L’Insulte est un vrai film de genre qui porte haut le cinéma souvent complexe et léché du Moyen-Orient. Une telle alternative aux films caricaturaux et souvent malheureusement tout semblables d’Hollywood ne se refuse pas. L’Insulte est un vrai bon film touchant et puissant qui ravira les esthètes et amateurs de cinéma exigeant.

SYNOPSIS ET INFOS

L'insulte
L’insulte

A Beyrouth, de nos jours, une insulte qui dégénère conduit Toni (chrétien libanais) et Yasser (réfugié palestinien) devant les tribunaux. De blessures secrètes en révélations, l’affrontement des avocats porte le Liban au bord de l’explosion sociale mais oblige ces deux hommes à se regarder en face.

Sortie : le 31 janvier 2018
Durée : 1h52
Réalisateur : Ziad Doueiri
Avec : Adel Karam, Rita Hayek, Kamel El Basha
Genre : Drame

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Mise en scène
Réalisation
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here