Madame Einstein, une femme d’exception sortie de l’ombre (Presses de la Cité)

Marie Benedict

Madame Einstein, une femme d’exception sortie de l’ombre (Presses de la Cité)

Marie Benedict nous révèle la vie de Mileva Marić qui devint Madame Einstein.

Histoire peu commune

Cette jeune fille a été très poussée par son père, et ce dès son plus jeune âge. Il a su déceler en elle des qualités scientifiques hors du commun. Mileva est née avec une malformation congénitale de la hanche, du coup, son père a développé ses remarquables qualités intellectuelles. A 7 ans, elle était capable d’expliquer la multiplication aux élèves, sous les yeux ébahis de ses professeurs. Mais du coup, elle a été malmenée par les enfants. Et sa jeunesse se passa dans sa famille, toujours en train d’étudier.

Brillantes études

En 1896, elle quitta sa Serbie, admise à l’Institut Polytechnique de Zurich. Une des rares jeunes filles à pouvoir suivre ces cours scientifiques de haut vol ! Elle habita dans une pension où elle fit la connaissance de jeunes filles avec qui elle resta très liée. C’est à l’Institut qu’elle rencontra Albert Einstein qui était un élève complètement bohême. Très vite Albert tomba amoureux de Mileva. Ils travaillèrent ensemble. Mileva suivait les cours de l’Institut pendant qu’Albert faisait ses recherches de son côté. Et ensuite, ils travaillaient ensemble sur leurs recherches respectives. La famille Einstein, surtout la mère, rejeta Mileva, très violemment. Quant à celle de Mileva, ils avaient peur qu’Albert ne soit pas en mesure de se marier, n’ayant pas de situation. Rien n’est donc facile pour Mileva. Elle hésite longuement avant de rejoindre Albert à Côme pour quelques jours. Quelques jours qui vont complètement déterminer son avenir…

Vie personnelle cauchemardesque

A travers ce livre qui est un roman, et non une biographie, l’auteur nous fait découvrir cette femme qui est restée dans l’ombre toute sa vie. Il semblerait qu’elle ait très largement contribué aux découvertes d’Einstein qui ne l’a jamais dévoilée. Il aurait « utilisé » sa femme à des fins scientifiques mais sans jamais la citer. C’était une excellente mathématicienne. Avec Madame Einstein, le lecteur découvre une face cachée du génie, et surtout une face malhonnête et méchante. Dans sa vie privée, Albert Einstein s’est comporté comme un monstre. Et sa pauvre femme a dû subir des situations intolérables, à cause de lui. Et ce, durant toute sa vie.

Le livre est très bien écrit et se dévore à toute vitesse. Il nous plonge au tout début du XX siècle, dans une Europe mouvementée. A une époque où il ne faisait pas bon naître femme. Et encore moins intellectuelle. Marie Benedict s’est largement documentée pour écrire ce roman et nous dévoiler un maximum de détails vrais sur la vie de Mileva Marić. C’est en quelque sorte un très bel hommage rendu à cette jeune femme brillante et jamais reconnue officiellement.

[vc_text_separator title=”RESUME DE L’EDITEUR ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

L’autre génie Zurich, 1886. Mileva Marić quitte sa Serbie natale et décide de braver la misogynie de l’époque pour vivre sa passion de la science. À l’Institut polytechnique, cette étrangère affublée d’une jambe boiteuse, seule femme de sa promotion, est méprisée par tous ses camarades. Tous, sauf un étudiant juif farfelu, aux cheveux ébouriffés, stigmatisé par sa religion. C’est Albert Einstein. Les deux parias tombent aussitôt amoureux. Et élaborent ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple ? De drames domestiques en humiliations conjugales, Mileva apprend la dure réalité du mariage, passé les premières ferveurs de l’amour. Dans un récit à la première personne aux poignants accents de vérité, Marie Benedict rend hommage à l’une des femmes les plus bafouées de l’histoire du xxe siècle, dont la contribution à la théorie de la relativité a donné lieu à un virulent débat, et brosse un portrait nuancé – mais toujours documenté – de celui qui reçut à lui seul tous les honneurs.

Date de parution : le 8 février 2018
Auteur : Marie Benedict
Editeur : Presses de la Cité
Prix : 20,50€ € (336 pages)

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here