Made in Hong Kong est un film sorti en 1997, et si peu l’ont vu, ce film vaut vraiment le détour par sa liberté totale et son analyse de la jeunesse contemporaine, toujours autant d’actualité en 2020. En 1h48, le réalisateur Fruit Chan brosse un portrait sans concessions d’un personnage à la marge de l’activité économique, naturellement violent et indépendant. Le film est disponible en exclusivité sur le Vidéo Club Carlotta Films du vendredi 13 au mardi 17 novembre inclus, et ce serait vraiment dommage de passer à côté tant le film bouscule par son approche aussi naturaliste qu’urbaine d’une jeunesse abandonnée à elle-même par des adultes inconséquents, aussi corrompus que dépassés par les évènements.

Une odyssée hong-kongaise sans concessions

Made in Hong Kong marque un jalon dans l’histoire de l’ancienne colonie britannique. Le tournage a eu en effet lieu quelques mois avant le rattachement de Hong Kong à la Chine. Fruit Chan montre dans ce deuxième film toute sa virtuosité caméra à la main. C’est comme si il prenait le pouls de la ville avant cet évènement sans précédent, redouté comme liberticide par beaucoup, un véritable soulagement pour d’autres. Le héros bizarrement dénommé Mi-août par ses parents est une petite frappe sans emploi, déscolarisé et plongé dans l’économie parallèle du crime. Quand il rencontre une jeune fille aussi barrée que lui, Ah Ping, c’est le coup de foudre, et la mise en scène n’hésite devant rien pour figurer ce crush. Mouvements de caméra au ralenti, flous artistiques, retours en arrière, le film est un ravissement formel pour un propos toujours autant dans l’air du temps. Car le jeune homme doit se débattre face à une famille décomposée, des adultes qui essayent de rançonner les plus fragiles et d’autres qui laissent faire. Ce sont tous ces regards aperçus par l’embrasure des portes lors de tabassages en règle et de méfaits sans que personne n’intervienne. Les jeunes sont vus comme des chiens fous qui tracent leur route pour trouver des solutions que personne ne leur propose en dehors de l’illégalité. Mi-août prend sous son aile Jacky, un handicapé tyrannisé par ses camarades de classe et tous deux vivent des aventures dignes de conte de fée avec Ah Ping, avec une légèreté qui tranche avec la dureté du quotidien.

Il y a un peu de Scorsese et de Nouvelle Vague dans cet opus réalisé en tournage direct et en décors naturels. Le peu de moyens n’empêche pas une grande modernité de ton et d’esthétique en suivant des personnages qui veulent vivre leur vie à 100 à l’heure et sans aucune concessions. Le film est disponible en exclusivité sur le vidéo club Carlotta du vendredi 13 au mardi 17 novembre inclus.

Synopsis: Mi-Août est collecteur de dettes pour un certain M. Wing, proche des triades locales. Son quotidien va se trouver bouleversé par deux événements : la découverte par Jacky, petit voyou handicapé mental qu’il a pris sous son aile, de deux lettres d’adieux laissées par une jeune suicidée, et sa rencontre avec la jolie Ah Ping dont il tombe rapidement amoureux. Or cette dernière est atteinte d’une maladie incurable…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici