Mai 68 La Belle Ouvrage, un documentaire qui remet les pendules à l’heure

Mai 68 La Belle Ouvrage
Mai 68 La Belle Ouvrage, documentaire de Jean-Luc Magneron

Mai 68 La Belle Ouvrage, un documentaire qui remet les pendules à l’heure

Le temps passant, Mai 68 a gagné en romantisme, s’installant dans l’inconscient collectif comme une lucarne révolutionnaire salutaire pour faire avancer la société. Il y aura eu un avant et un après, et ce documentaire se focalise sur des témoignages édifiants faisant état des sévices subis par les manifestants pendant des nuits de terreur. Pendant près de deux heures, une dizaine de témoignages revient sur les comportements criminels de la police et des CRS vis à vis des manifestants, des passants et de tous ceux qui se dressaient sur leur chemin. Le documentaire produit un drôle d’effet, amenant à se poser la question, est-ce que tout ce que racontent les témoins interrogés s’est bien passé en France, au coeur du quartier Saint Michel?

Les points sur les i

Le premier constat que le documentaire amène est le suivant: le pouvoir de l’époque a eu peur, lâchant implacablement les chiens sur les manifestants de peur que la rébellion ne se propage partout dans le pays et gagne une ampleur susceptible de le reverser. Mai 68 était l’expression d’une jeunesse fatiguée de devoir vivre sous l’entonnoir et exprimant sa frustration dans des journées restées dans toutes les mémoires. Mais ce documentaire n’évoque ni Cohn-Bendit ni les heures glorieuses ni un quelconque héritage. Pas de lendemains qui chantent dans ces témoignages qui montrent des individus brutalisés, soumis à la torture morale et physique ainsi qu’à des sévices innommables. Le comité d’accueil dans les commissariats, les coups dans les parties génitales, les exactions contre les femmes, les insultes racistes, tout est raconté avec force détails jusqu’à la nausée chez les spectateur. Si les témoignages sont authentiques, et rien ne permet de penser qu’ils ne le soient pas, la question se pose de la complicité de l’état pour cacher des comportement iniques et indignes d’une démocratie. La manière dont les comportements policiers ont été passés sous silence interroge sur les liens entre état et médias.

Ne reste de Mai 68 qu’une vision romantique que le documentaire récuse brutalement.Les coupables n’ont jamais été inquiétés et l’histoire n’a retenu qu’un face à face entre étudiants et forces de l’ordre dans la joie et la bonne humeur. La réalité semble avoir été quelque peu différente. Un documentaire à découvrir le 25 avril pour un grand coup de réel dans la figure.

[vc_text_separator title= »SYNOPSIS ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]
Mai 68 La Belle Ouvrage
Mai 68 La Belle Ouvrage

En dépit des assurances du gouvernement et des consignes d’extrême modération que le préfet de police de Paris Maurice Grimaud avait personnellement, par courrier, adressées à chacun des vingt mille hommes qui servaient sous ses ordres, les événements de mai 68 comportèrent leur lot de brutalités. Jean-Luc Magneron enquêta à chaud sur cet aspect d’un mois printanier qui ne fut pas si joyeux pour tout le monde, réunissant les expériences de victimes ou de témoins oculaires, qui évoquent, les uns, la violence des coups de matraques, les autres, l’usage abusif des grenades lacrymogènes ou encore le blocage des secours et les insultes à caractère raciste.

Sortie : le 25 avril 2018
Durée : 1h57
Réalisateur : Jean-Luc Magneron
Avec : N/A
Genre : Documentaire

[vc_text_separator title= »BANDE ANNONCE » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

NOS NOTES ...
Originalité
Mise en scène
Réalisation
Qualité des archives
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.
mai-68-la-belle-ouvrage-un-documentaire-qui-remet-les-pendules-a-lheure Mai 68 La Belle Ouvrage, un documentaire qui remet les pendules à l'heure Le temps passant, Mai 68 a gagné en romantisme, s'installant dans l'inconscient collectif comme une lucarne révolutionnaire salutaire pour faire avancer la société. Il y aura eu un avant et un après,...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici