Les Misérables déferlent sur la scène du Lucernaire

Les Misérables
Les Misérables, mise en scène de Manon Montel, Le Lucernaire

Les Misérables déferlent sur la scène du Lucernaire

Le chef d’oeuvre de Victor Hugo est porté à la scène au Lucernaire par 8 comédiens transformistes et passionnés qui interprètent 13 personnages dans un rythme enlevé. Les Misérables est l’ouvrage le plus mondialement connu de la littérature française par la grâce d’une comédie musicale triomphant depuis plus de 30 ans à Broadway. La Compagnie Chouchenko revient au texte et ravive la tragédie hugolienne dans une intrigue qui mêle destin rédempteur du héros, misère sociale des petites gens, fresque historique avec les barricades du XIXe siècle et romance amoureuse. 1h30 suffisent à la troupe pour illustrer la fresque romanesque et généreuse de Victor Hugo.

Une histoire universelle

Le préambule de la Passion selon Saint Mathieu de JS Bach accueille la Compagnie Chouchenko sur la scène du Lucernaire pour placer Les Misérables, comme imaginé par Victor Hugo, sous le double signe de la rédemption et de l’amour fraternel. La troupe s’est fait une spécialité de l’adaptation théâtrale des grands textes classiques. Horace, Le Cid, Roméo et Juliette et Dom Juan sont déjà passés entre leurs mains et c’est maintenant Les Misérables qui s’anime dans une mise en scène volontairement elliptique. Ballots et meubles en bois sont dissémines sur une scène condensée à l’essentiel et parcourue par les comédiens au fur et à mesure d’une intrigue à rebondissements. Quand Mme Thénardier empoigne son accordéon pour commenter l’action, elle arpente les planches pour des observations tour à tour cyniques et insolentes. Le fil rouge reste l’existence cabossée d’un forçat injustement condamné et devenu un notable de province à la faveur d’un évêque charitable. Jean Valjean devient Monsieur Madeleine et dédie sa vie à Cosette, pauvre orpheline devenue une belle jeune femme entreprise par le beau Marius. Rien est oublié de l’ouvrage de Victor Hugo, ni le destin tragique de la pauvre Fantine, ni les barricades de 1832, ni la quête de l’ignoble Javert pour retrouver le fugitif Valjean. Les 1500 pages de l’ouvrage sont resserrées en 1h30 d’un spectacle sans temps morts.

Des performances d’acteurs

La mise en scène privilégie volontairement les comédiens qui multiplient les casquettes dans des incessants va-et-vient. La metteur en scène Manon Montel interprète alternativement Fantine et Gavroche et tous les comédiens se mettent au diapason dans une farandole ininterrompue de conversations et d’anicroches. S’il manque peut être quelques pointes de décor supplémentaires pour concourir à une ampleur plus signifiante (fusils, ustensiles de taverne, froufrous…) et subjuguer plus complètement le spectateur, et si le personnage d’Eponine est curieusement absent, la pièce fait plus qu’honneur  aux intentions de l’auteur. Les drames de la condition humaine au XIXe siècle prennent une résonance particulière à notre époque actuelle où les rumeurs de corruption et d’injustice sociale refont de plus en plus souvent surface. Comme si les mêmes travers ne cessaient de se produire époques après époques, donnant à la pièce une valeur d’universalité susceptible d’engendrer la réflexion sur la duplicité de l’âme humaine.

Retrouver Les Misérables sur la scène du Lucernaire procure un vrai plaisir de théâtre tant l’ouvrage de Victor Hugo mérite d’être constamment redécouvert. Cette adaptation scénique transporte et devrait rencontrer un vrai succès public!

Dates :  du 22 mars au 07 mai, du mardi à samedi à 20h, le dimanche à 18h
Lieu : Le Lucernaire (Paris)
Metteur en scène : Manon Montel
Avec : Dov Cohen, Stéphane Dauch, Anatole de Bodinat, Claire Faurot, Jean-Christophe Frêche, Cécile Genovèse, Manon Montel, Léo Paget, Xavier Girard, François Pérache

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

1 commentaire

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here