Un mois à la campagne
Un mois à la campagne, mise en scène d’Alain Françon, Théâtre Dejazet

Un mois à la campagne, une pièce qui marie parfaitement théâtre russe conventionnel et effusions drolatiques

La routine feutrée de la maison bourgeoise d’Arkadi Sergueïevitch se trouve bousculée par l’irruption de sentiments irrépressibles, loin de la retenue coutumière qui oblige d’ordinaire les protagonistes à respecter les conventions sociales au mépris de leurs penchants. La cause en est l’embauche d’Alekseï Nikolaïevitch, tuteur de 21 ans qui fait tourner la tête des femmes de la maison, Natalia Petrovna en tête. La plus célèbre pièce de théâtre d’Ivan Tourgueniev fait souffler un vent de changement aussi soudain que fugace dans un milieu habituellement frustré et corseté. La mise en scène lapidaire d’Alain Françon donne toute la place à des comédiens réjouissants qui hypnotisent le public, Micha Lescot et Anouk Grinberg en tête. La Critique récente d’Amaury sur la page faisait état d’un véritable enthousiasme que je ne saurais démentir, Un mois à la campagne est certainement LA pièce à découvrir actuellement sur Paris au Théâtre Dejazet!

Un vaudeville à la mode russe

A l’instar de son cadet Anton TchekhovIvan Tourgueniev aime à ausculter cette âme slave complexe et finalement si versatile. La pièce débute avec une après-midi infiniment répétée. Une partie de cartes comme tant d’autres se déroule dans le salon de la demeure familiale, la maitresse de maison Natalia Petrovna (Anouk Grinberg) discourt avec son ami Mikhaïl Aleksandrovitch (Micha Lescot), tous deux clament leur attachement affectif mutuel et si une pointe d’ambivalence pointe au détour d’un vocable bien sous tout rapport, aucun d’eux ne semble visiblement prêt à entraver le carcan rigide de leur rang social. La vie est douce mais la vie est longue. Le décor laisse une grande place au vide, de grands panneaux colorés fixe les limites d’un plateau seulement jonché d’un mobilier sommaire. L’atmosphère est morne, l’absence d’éloquence mobilière figure le peu de joie dans la maison. Mais une tornade de tourments affectifs va saisir les personnages à leur corps défendant. La cause en est l’apparition sur scène du jeune tuteur Alekseï Nikolaïevitch en charge des enfants de la maison. Embauché pour les vacances, il ne sait pas que sa présence va enflammer les sens de l’épouse délaissée et de sa jeune pupille Verotchka à l’âge des premiers émois. Tout l’art de Tourgueniev est de faire croire que c’est l’imprévisible qui surgit alors que tout concourt pourtant à son apparition. Le mari Arkadi Sergueïevitch s’affaire incessamment aux travaux de son domaine, brave homme à la visible empathie mais inconscient de ce qu’il délaisse son épouse de bientôt 30 ans. Celle-ci se foudroie elle-même de son inclination pour le jeune tuteur et le jeu épatant d’Anouk Grinberg montre bien l’ambivalence de la femme qui n’ose pas mais aimerait pourtant se laisser aller.

2 heures qui passent dans un souffle

Les décors alternent au gré de l’action entre jardin ensoleillé, salon sans entrain et alcôves secrètes. Si les personnages féminins tentent de dissimuler leurs inclinaisons interdites, tout dans leurs attitudes contribue à les trahir et la duplicité n’en est que plus manifeste. Le jeu florentin tout en subtilité de l’inénarrable Micha Lescot se permet quelques commérages ironiques à l’adresse d’un public ravi qui n’en demandait pas tant. Ses allusions révèlent que lui comme beaucoup d’autres ne sont pas dupes des effusions qui se créent, pour preuve le jeu savamment outré d’une Anouk Grinberg qui ne cesse de se pâmer sur son canapé tout en tentant mollement de rejeter l’objet de son agitation. La pièce toute entière se joue sur ce principe théâtral de l’attirance/répulsion qui met à mal le moi profond des personnages. Qui se résoudra à convoler par pure nécessité sociale, qui tentera de s’extraire de son existence morose, le mois à la campagne ne dure sur scène que quelques jours pour un dénouement aussi soudain que son avènement. Plutôt que de céder à leurs sentiments fiévreux, les personnages préfèrent se quitter pour ne pas chambouler l’ordre social.

Un mois à la campagne réussit à marier bouffonnerie ouatée et attitudes affectées dans une mise en scène qui met en avant des comédiens en état de grâce. Les fans de littérature russe y trouveront autant leur compte que les habitués d’un théâtre plus léger tant Alain Françon parvient à marier les genres. La pièce est à découvrir jusqu’au 28 avril au Théâtre Dejazet pour un moment de théâtre éblouissant.

[vc_text_separator title=”INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Dates : du 9 mars au 28 avril 2018
Lieu : Théâtre Dejazet (Paris)
Metteur en scène : Alain Françon
Avec : Jean-Claude Bolle-Reddat, Laurence Côte, Catherine Ferran, Philippe Fretun, Anouk Grinberg, India Hair, Micha Lescot, Guillaume Levêque

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici