Nadia butterfly de Pascal Plante, la vie complexe de nageuse en film, sortie en salles le 4 août 2021

Nadia est membre de l’équipe canadienne de relais 4X100 m 4 nages. Elle planifie d’arrêter la compétition après les JO de Tokyo de 2020, malgré sa résolution elle ressent un grand vide intérieur. Une vie d’entrainement et ses bras puissants sont la preuve qu’elle peut s’investir, mais dans quoi? Le film offre une réflexion lancinante et pertinente sur le sens de la vie à hauteur de femme.

Une jeune femme moderne

L’héroïne et ses 3 amies ont le rêve fou d’obtenir une médaille aux JO, elles s’investissent tellement qu’elles n’envisagent pas la suite, Nadia est la seule à y penser, à 23 ans seulement, envisageant sa retraite prématurée comme un acte de maturité mais aussi comme une petite mort. L’athlète de haut niveau va devoir passer par toutes les étapes de son deuil sportif. Finis les moments de communauté sportive, la solitude guette à l’horizon et elle sent de plus en plus les liens se détacher avec ses coéquipières. Pascal Plante s’intéresse aux longues séances d’entrainement, aux échauffements inlassablement répétés et à la discipline de fer nécessaire pour atteindre ses objectifs. La course de Nadia aux JO est le grand moment du film, avec le lâcher prise qui suit, où il est permis de boire, de se lâcher, d’oublier la rudesse de la vie d’athlète pour vivre sa vie de femme. Une sorte d’avant-gout de ce à quoi elle aura droit une fois sa vie d’athlète terminée, ou pas, le mirage n’est pas loin. L’actrice principale remplit l’écran à elle seule, ce n’est pourtant pas une actrice à la base mais une nageuse qui a brillé lors de compétitions. Ce choix de l’authenticité se voit à l’écran et malgré quelques dialogues un peu alambiqués manquant de profondeur, le film garantit un beau moment méditatif qui n’est pas sans rappeler l’autre film rempli de spleen à Tokyo, Lost in Translation.

Nadia butterfly est un beau moment de cinéma en compagnie d’une jeune femme à la croisée des chemins, entre cocon protecteur des bassins et découverte de la vie réelle en dehors de la compétition. Le film est à découvrir le 4 août pour un moment de cinéma rempli d’énergie communicative.

Synopsis: À 23 ans, Nadia prend la décision controversée de se retirer de la natation professionnelle et de s’affranchir d’une vie de sacrifices. Après une dernière course, les excès cachés du Village olympique offriront à Nadia un premier souffle de liberté. Mais à mesure qu’elle plonge dans l’inconnu, les doutes surgissent : qui est-elle réellement ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici