Nuestras madres a reçu la Caméra d’Or au Festival de Cannes 2019. Le documentariste César Diaz a notamment été le monteur de Bustamante pour le film Ixcanul, premier succès international du cinéma du Guatemala. Cesar Diaz évoque dans son film les minorités de son pays comme les mayas, victimes d’une guerre civile qui ne les a pas épargnés pendant de longues années. Les nombreuses dictatures en place ont quand même causé la mort d’environ 200 000 citoyens de 1960 à 1996, pour la plupart mayas. Le documentaire dévoile tout pour un intense moment d’histoire.

Un documentaire saisissant sur le peuple guatémaltèque

Nuestras Madres est un témoignage vibrant de toutes les victimes de la torture et de la dictature au Guatemala. César Diaz suit une trame directe et émouvante pour livrer en 76 minutes la substantifique moelle d’une thèse sur son pays. Il laisse la parole à ces veuves du Guatemala qui revendiquent la justice et surtout des sépultures décentes pour tous ces disparus jetés sans ménagement dans de vulgaires fosses communes. Le réalisateur prend comme narrateur principal Ernesto, un homme issu de la jeune génération qui mène un véritable travail d’anthropologue à la fondation médico-légale, surtout pour des raisons qui lui sont intimement proches. Cet homme est brusquement mis sur la piste de son père, guérillero disparu pendant la longue période de conflit qui a ensanglanté le pays. Ernesto revient aux sources de l’histoire avec sa mère, développant le récit au contact de toutes ces mères elles-mêmes endeuillées. Le film est d’une intensité pesante, sous doute nécessaire avec ces mémoires vivantes qui racontent des souvenirs douloureux, tout en dignité et en délicatesse. La mise en scène est simple, sans effets inutiles, avec un montage parfait réalisé par Diaz lui-même.

Le film restera gravé dans l’esprit des spectateurs avec ce dénouement final surprenant, sans doute décevant pour beaucoup et pourtant nécessaire. Nuestras Madres est court et elliptique, peut-être un peu trop, mais le documentaire parvient à passer son message auprès d’un public international sous le charme.

Synopsis: Guatemala, 2018. Le pays vit au rythme du procès des militaires à l’origine de la guerre civile. Les témoignages des victimes s’enchaînent. Ernesto, jeune anthropologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus. Un jour, à travers le récit d’une vieille femme, il croit déceler une piste qui lui permettra de retrouver la trace de son père, guérillero disparu pendant la guerre. Contre l’avis de sa mère, il plonge à corps perdu dans le dossier, à la recherche de la vérité et de la résilience.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici