Peut-on encore sauver les salles de cinéma françaises ?

En enregistrant des taux de fréquentation exceptionnellement bas pour l’année 2022, les salles de cinéma font grise mine sur l’ensemble du territoire. À vrai dire, la fréquentation des salles de cinéma est souvent mise en lumière, mais depuis la difficile année 2020, le sujet est devenu un symbole économique à lui seul.

Pixabay

Qu’est-ce qui pousse les Français à déserter les salles de cinéma ? Les raisons sont nombreuses et certaines plus pertinentes que d’autres. Le prix du billet, l’hégémonie de Netflix ou même la peur de s’ennuyer : décryptons ensemble les raisons de ce passage à vide, mais surtout, gardons espoir pour que le septième art garde une place privilégiée dans le cœur des Français.

Le prix des places n’explique pas tout

Une place de cinéma en France revient rarement à moins de dix euros pour les films les plus populaires. Pour un foyer français de quatre personnes, une sortie ciné reviendrait donc à plus de 50 euros, sans compter les pop-corns et éventuellement le prix de l’essence pour venir. C’est la même raison pour laquelle ceux qui parient sur betFIRST Sport peuvent choisir de regarder les matchs de leur choix à la maison.

Pourtant, le prix des places suit l’inflation et en tenant compte du salaire moyen d’une personne, il ne coûte pas plus cher d’amener ses proches au ciné que dans les années 80. Malgré ces calculs, il n’en reste pas moins que les Français souhaitent économiser. Le cinéma ne profite plus du boom de 2021 qui voyait un regain d’intérêt pour les activités hors de la maison.

Qualité des films : vers une remise en question ?

On aime parfois critiquer les films, et surtout sans les avoir vus. À ce titre, la qualité des films serait de plus en plus déclinante et le public en aurait marre des vieilles recettes éculées, ainsi que d’un certain cinéma français dont les histoires et les intrigues ne font pus rêver grand monde. Prenons en exemple la sortie du nouvel Astérix prévue pour 2023. Alors que la bande-annonce promet un sacré cortège de stars, le public se demande si une telle débauche de célébrités n’est pas là pour masquer un scénario inexistant.

En 2022, les blockbusters américains se sont faits plus rares (5 films contre 11 en 2019), et ce sont pourtant les œuvres les plus spectaculaires à voir sur grand écran. Pour 2023, des films comme John Wick 4 ou Ant-Man pourraient changer la donne.

Le cinéma a besoin de renouveau

L’ennemi principal des salles de ciné semble être l’offre grandissante des sites de streaming qui se sont invités dans nos salons ces dix dernières années. Netflix en tête, ces grands groupes ont cependant l’avantage de proposer des créations qui cassent la frontière entre les films de cinéma et les films pour la TV. Prenons en exemple la série Enola Holmes qui sort aussi bien dans les salles que sur Netflix.

Pixabay

On pourrait citer d’autres obstacles comme les incivilités (portables allumés durant les séances) ou même le bruit des pop-corns (!), il n’en reste pas moins que le cinéma est toujours parmi les loisirs préférés des Français et qu’il doit s’adapter aux nouvelles pratiques du public.

Gaël a créé Publik'Art en 2009. Notaire de formation, il est responsable de la rubrique BD et gère l'administration du site (webmaster). Il vit dans le sud de la France d'où il anime le webzine avec les membres de la rédaction, présente sur la majeure partie de l'hexagone : Paris, Bayonne, Montpellier, Lille, Lyon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici