Place Colette, un livre de Nathalie Rheims (Editions Léo Scheer)

Place Colette, un livre de Nathalie Rheims

Place Colette, un livre de Nathalie Rheims

Nathalie Rheims écrit-elle un récit autobiographique avec Place Colette, sans vraiment le dire ? Nous n’aurons pas la réponse dans ce livre. Mais il sonne très vrai. Place Colette commence à la veille de ses treize ans.

Date de parution : le 19 août 2015
Auteur : Nathalie Rheims
Editeur : Léo Scheer
Prix : 20 € (320 pages)

[vc_custom_heading text= »Résumé de l’éditeur : 4ème de couverture » font_container= »tag:h5|text_align:left|color:%23337ebf » google_fonts= »font_family:Lobster%3Aregular|font_style:400%20regular%3A400%3Anormal »]

À l’âge de 9 ans, la narratrice de Place Colette est victime d’une erreur de diagnostic qui la cloue sur un lit d’hôpital, le corps prisonnier d’une coquille de plâtre. Au terme de trois années de calvaire, un professeur finit par découvrir la véritable maladie ; il l’opère et la sauve. La jeune fille a passé ce temps immobile à découvrir la littérature et les textes classiques. Elle voue une passion sans limite au théâtre. Revenue à la vie, elle tourne autour de la Comédie-Française et de la place Colette. Le jour de ses 13 ans, elle entre dans la loge d’un comédien dont elle est tombée amoureuse. Bien qu’il ait trente ans de plus qu’elle, elle lui propose de devenir son cadeau d’anniversaire.

Ce roman, qui aurait pu s’intituler Détournement de majeur, est l’histoire d’une double initiation, à l’amour charnel et à la passion du théâtre. Écrit à la première personne, il est pourtant aux antipodes de ce que l’on qualifie d’autofiction : le mensonge enveloppé dans une rhétorique de vérité. C’est un « roman-vrai », où l’auteur se cherche et finit par faire tomber le masque.

[vc_custom_heading text= »Notre avis sur le livre : » font_container= »tag:h5|text_align:left|color:%23337ebf » google_fonts= »font_family:Lobster%3Aregular|font_style:400%20regular%3A400%3Anormal »]

Place Colette commence ainsi : « Je savais, depuis longtemps, par où cela devait commencer, mais j’ignorais quand viendrait le moment d’écrire ce chapitre de ma vie. »

Dans ce livre, écrit à la première personne, l’auteure raconte la vie d’une petite fille, elle-même sans doute, suite à trois ans de maladie où elle est restée clouée sur un lit d’hôpital. Mais elle va très peu parler de cette épreuve pour se consacrer à sa « renaissance ». On comprend très vite qu’elle est une « charge » pour ses parents, très haut placés, qui mènent une drôle de vie. Le père vise l’Académie Française, redoublant les conquêtes, et la mère couche avec son psy depuis des années. Leur dernière fille, qui ne sera jamais nommée tout au long du roman, ils la regardent à peine et ne s’en préoccupent guère.

Très vite, l’auteure va centrer son roman Place Colette sur une rencontre avec un comédien, Pierre, sociétaire de la Comédie-Française. « La petite fille » se révèle folle amoureuse et ne pense plus que par Pierre, ne vit plus que pour lui.

Et c’est là que l’on se sent de plus en plus mal à l’aise en lisant ce livre. Bien sûr, on ne peut que penser que tout ce qu’elle écrit, elle l’a elle-même vécu. Mais rien que le fait de la lire nous culpabilise. Si c’est une autobiographie, c’est monstrueux mais si c’est une fiction, cela l’est tout autant, car complètement amoral et pervers.

Si c’est une autobiographie, c’est monstrueux…

Elle dit avoir été vraiment très amoureuse de Pierre, de 30 ans son ainé. Alors qu’elle n’avait que 13 ans, et ne connaissait rien à l’amour, rien aux relations homme-femme, cet homme va en faire son objet sexuel. C’est son amie de collège, Isabelle, qui va lui faire son éducation sexuelle, ses parents produisant des films pornos…

Pierre lui fait faire tout ce qu’il veut et la petite fille s’exécute. Elle dit que par amour, elle s’offre à lui, sans même savoir ce qu’il lui fait. Il y a des passages très crus, et on ne peut que crier au viol. Absolument monstrueux.

Bien sûr, on ne peut pas ne pas penser que Pierre est un pédophile qui profite honteusement de cette petite fille et cela nous met très mal à l’aise, nous lecteurs témoins de ces scènes, d’autant plus que l’auteure reste persuadée, jusqu’à la fin, que c’est elle, la petite fille de 13 ans, qui l’a piégé. Et non, le contraire.

Le livre aurait un tout autre écho si l’auteure dénonçait les viols dont elle a été victime, plusieurs fois. Pierre, dont le nom reste inconnu, est aujourd’hui mort et la petite fille du livre continue après des dizaines d’années, de souffrir du syndrome de Stockholm. Elle dit aimer son bourreau.

Heureusement l’auteure raconte aussi tout l’amour qu’elle a pour le théâtre qui va la sauver. Et nous aussi. Tout ce qu’elle écrit sur son parcours concernant ses études de théâtre est totalement vrai. Elle entre au conservatoire de la Rue Blanche à 17ans. Elle nous dévoile ses dons, ses réussites et oublie peu à peu Pierre qu’elle remplacera par l’amour du théâtre, disant elle-même qu’elle n’est pas prête à vivre l’amour avec un homme. Comment l’aurait-elle pu après un tel traumatisme ?

Si ce livre Place Colette n’est qu’une pure fiction où se mêlent beaucoup de vérités, c’est une très mauvaise fiction car cela risque de conforter nombre de pédophiles dans leurs actes criminels. La perversité n’est jamais bonne à écrire. Et en être spectateur est totalement insupportable.

En tout cas, c’est un livre qui fait mal et qui dérange profondément.

« A force de se bousculer dans mon esprit, les fictions et les romans vrais, tout a fini par se ressembler » écrit-elle en première page.

Une lecture dont on ne ressort pas indemne.

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

1 COMMENTAIRE

  1. Je n’ai pas lu le livre. Mais mon dieu c’est scandaleux d’écrire des choses aussi atroces entretenues dans l’ambiguité et la confusion. Un livre à ne surtout pas lire !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici