Ce sentiment de l’été, un film intimiste de Mikhaël Hers

Ce sentiment de l’été
©Pyramide Distribution

Ce sentiment de l’été, un film intimiste  de Mikhaël Hers

Mikhaël Hers dit avoir réalisé un film sur la vie avec Ce sentiment de l’été. Pour nous, simples cinéphiles, c’est plutôt sur le deuil. Dès les premières minutes du film, on voit la belle Sasha et on la suit durant toute la journée. Rien ne pouvait prévoir que sa vie se finirait le soir même sur le chemin du retour de son travail. Brusquement. Elle n’avait que 30 ans. Elle laisse derrière elle son compagnon, Lawrence, sa sœur Zoé et ses parents.

Ce sentiment de l’été n’est pas un film triste, mais un film mélancolique à valeur universelle.

Et ce sont eux que l’on va suivre durant trois ans, à travers différentes villes. Berlin, la ville de Lawrence, admirablement interprété par l’acteur norvégien Anders Danielsen Lie, puis Paris et Annecy où vivent les parents de Zoé, la naturelle Judith Chemla, et enfin New York où Lawrence a déménagé.

Ce sentiment de l’été va persister chaque été, durant ces trois années. Car Sasha est partie en plein été. Cette mort si brutale si incompréhensible, si injuste, il va falloir la gérer. Et c’est avec beaucoup de pudeur, et une très grande intimité que l’on va partager cette immense solitude avec Lawrence. Pas de crise de nerfs, pas de violences, rien. Juste le vide. Une extrême solitude. Un vide sidéral. Un regard qui dévoile cette infinie tristesse. Et Zoé, la sœur de Sasha, qui va rester présente et garder contact régulièrement avec Lawrence. Chacun étant un peu la béquille de l’autre. Comment faire pour continuer à vivre sans Sasha ? Comment et pourquoi vivre ? Comment reprendre goût à la vie ? Beaucoup de nostalgie, bien sûr et aucune évidence… Faire son deuil, est-ce seulement possible ?

Mikhaël Hers filme merveilleusement les personnes comme les paysages. On sent toute la tragédie et en même temps, en-dehors d’eux, tout est beau, Berlin, Paris, Annecy et New-York illuminent de mille feux ! C’est l’été, toujours l’été ! Et l’été ne peut être que synonyme de joie. Pas de mort. Pas de deuil. Sauf pour eux. Les orphelins de Sasha.

Mikhaël Hers réalise une prouesse d’intimité avec Ce sentiment de l’été. Ce sentiment ne va pas nous quitter durant tout le film. Et pourtant le plus important reste la vie de ceux qui restent. Et c’est pour ça que le film est bien vivant. C’est la vie dont il s’agit et non la mort. Beaucoup de justesse dans l’interprétation des acteurs fait de ce film un coup de cœur pour Publik’Art. Car Ce sentiment de l’été n’est pas un film triste, mais un film mélancolique à valeur universelle.

Un film à voir, posément, en communion avec Lawrence et en toutes connaissances de cause.

 

[vc_text_separator title= »SYNOPSIS ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

Ce sentiment de l’été, un film intimiste de Mikhaël HersAu milieu de l’été, Sasha, 30 ans, décède soudainement. Alors qu’ils se connaissent peu, son compagnon Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l’absence, entre Berlin, Paris et New York. Trois étés, trois villes, le temps de leur retour à la lumière, portés par le souvenir de celle qu’ils ont aimée.

Sortie : le 17 février 2016
Durée : 1h46
Réalisateur : Mikhaël Hers
Avec : Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière
Genre : Drame

[vc_text_separator title= »BANDE ANNONCE » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Réalisation
Jeu des acteurs
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).
Ce sentiment de l’été, un film intimiste  de Mikhaël Hers Mikhaël Hers dit avoir réalisé un film sur la vie avec Ce sentiment de l’été. Pour nous, simples cinéphiles, c’est plutôt sur le deuil. Dès les premières minutes du film, on voit la belle Sasha...sentiment-de-lete-film-intimiste-de-mikhael-hers

1 COMMENTAIRE

  1. J’appréhendais un peu avant d’aller voir le film qui aurait pu être pesant vu le thème abordé.
    Tout au contraire, c’est un hymne à la vie rempli de douceur, sensualité, chaleur et humanisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici