Papicha, Mounia Meddour

Déjà chroniqué sur Publik’Art, Papicha est certainement le grand vainqueur d’une cérémonie des César 2020 perturbée par une polémique loin d’être cinématographique. Le film de Mounia Meddour a brillé dans les catégories Meilleur premier film et Meilleur espoir féminin pour la jeune Lyna Khoudri, récompenses ô combien méritées eu égard à la puissance du sujet et des interprétations. Cette évocation des années de plomb en Algérie au coeur des années 90 retourne par son passage de la légèreté de rêves de jeunesse à la brutalité de la réalité. L’héroïne est autant éprise de liberté que les évènements sanglants auxquels elle est confrontée sont arbitraires. Le parallèle est pertinent et interroge sur le confort de notre société comparé à des contextes beaucoup plus primitifs, où certains veulent assoir leur pouvoir par le recours à des procédés violents. Les morts s’enchainent et le pays tout entier versa dans le terrorisme. Le film ne perd jamais de vue la réalité d’un pays complexe où il n’en faut pas beaucoup pour attiser les flammes du fait des inégalités entre une population pauvre et un pouvoir ingrat. Bien loin de l’autre polémique des Césars plus digne de la cour d’école, Papicha rivalise de justesse pour rendre ses personnages attachants et son sujet déchirant.

Le film sort le 3 mars 2020 en DVD, BLU-RAY et VOD avec en suppléments des entretiens avec la réalisatrice et les comédiennes. De quoi rattraper un film majeur de l’année 2019, justement consacré pour donner envie de le voir ou de le revoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici